Volume 10, numéro 8 — Août 2010

Sugar Minott

Décès du pionnier du dancehall Sugar Minott

Le chanteur et producteur jamaïcain Sugar Minott est décédé à l'âge de 54 ans des suites de complications cardiaques.

On dit que le chanteur souffrait depuis deux mois de douleurs à la poitrine. Le pionnier du dancehall, un style qui a révolutionné le reggae à la fin des années 1970, est mort le 10 juillet à l'hôpital universitaire de Kingston, en Jamaïque.

Originaire de Kingston, Lincoln Barrington Minott, de son vrai nom, débute dans les sonos mobiles. Au début des années soixante, il forme le trio African Brothers avec Tony Tuff et Derrick Howard.

Puis il entame une carrière solo au mythique Studio One de Sir Coxsone Dodd. Ses premiers albums, Live Loving (1978) et Showcase (1979), mettent de l'avant ses influences ska, rocksteady et early reggae au moment où ces styles commencent à s'essouffler.

Après les départs d'Alton Ellis, de Ken Boothe et de John Holt de Studio One, Sugar Minott contribue au renouveau de la maison de disques avec des titres comme «Vanity», «Oh Mr DC» et «Hang on Natty». Sa carrière de compositeur connaît une ascension fulgurante en 1979 avec «Hard Time Pressure», qui connaît un succès retentissant en Angleterre. Il s'installe au Royaume-Uni, où il contribue à développer le reggae.

Figure de proue de la musique jamaïcaine moderne, il est considéré comme un précurseur de la musique dancehall. Chez Studio One, au début des années soixante-dix, Sugar Minott pose sa voix sur des enregistrements des années soixante au lieu de recourir à un orchestre, provoquant ainsi une véritable révolution dans l'histoire de la musique, révolution qui a donné naissance au dancehall puis au rap. Jusque-là, ce recyclage d'anciens succès ska, rocksteady ou early reggae signés Studio One se pratiquait en spectacle, d'où le nom dancehall.

De retour en Jamaïque, il crée son propre label, Black Roots, et une entreprise de promotion, Youth Promotion. Toujours aussi prolifique, Sugar Minott ne cesse d'enregistrer, travaillant avec de grands noms du reggae, dont King Tubby. Sa boîte de production lui permet de lancer des artistes comme Junior Reid et Garnett Silk.

À l'extérieur des cercles reggae, c'est sa reprise des Jackson Five, «Good Thing Going», qui l'a fait connaître.

L'un de ses derniers passages au Canada remonte à 2008, année durant laquelle il s'était produit au Festival Ska et Reggae de Winnipeg.

Sauter le menu
Skarlatine > 2010 > Août > Sugar Minott

Scène

The Specials

Le spectacle gratuit que devait donner The Specials à New York est annulé!

Disque

The Upsetters

Trojan Records réédite un classique des Upsetters

Jon and Roy

Critique du troisième album de Jon and Roy

© MMX — Skarlatine, la fièvre du ska!