Volume 10, numéro 5 — Mai 2010

Les Colocs

Adieu Dédé!

Dédé avait payé ses dettes, il avait fait la paix avec ses regrets. Il était fin prêt.

Il avait renoncé à la vie sur cette terre, mais il avait promis la lune à tout le monde et se croyait obligé de tenir parole. Alors il est resté le temps d'une tournée d'adieu qui a culminé au Festival d'été de Québec devant 40 000 admirateurs.

Au gala de l'Adisq, de 1999, Les Colocs, en nomination dans plusieurs catégories, dont vidéo et album de l'année, ont reçu le Félix du groupe rock de l'année. En allant chercher sa statuette, Dédé a fait des remerciements bien particuliers, puis il a crié «Adieu!». Le réalisateur est allé à la pause…

Le 14 mai 2000, dans les pages du Journal de Montréal, Pierre Bourgault écrivait: Il a crié adieu, il n'a pas dit au revoir, il a crié adieu, et nous sommes restés sourds […] Je pleure et je sais pourquoi, parce qu'il n'y a pas de mots pour exprimer ma douleur.

Cette culpabilité, son gérant, Raymond Paquin, la partage: Si la justice était aussi immanente qu'elle croit l'être, je devrais probablement être condamné à une très lourde peine pour non-assistance à personne en danger… et tous les autres aussi qui l'ont regardé se noyer sans même lever le petit doigt, les journalistes y compris.

Au tournant du millénaire, il lui restait 129 jours à vivre. Il n'avait plus de réserve. Il était brûlé, se rappelle Paquin. Comme Hubert Aquin, il n'avait plus la force ni l'envie de se reconstruire. Mais il avait promis….

Alors il a tenu promesse. Il a passé six semaines au Brésil avec Jean Arsenault (la Famille Botte). Il avait aussi promis à Pat que les Colocs joueraient «d'la zique à New Orleans un d'ces jours». Treize jours avant sa mort, il a tenu parole. Il avait promis à Karim Diouf qu'il interviendrait en sa faveur auprès d'un agent d'Immigration Canada qui lui avait refusé une demande de résidence permanente. Dix jours avant sa mort, il a tenu parole. Il était enfin prêt à rejoindre dans la mort les Hubert Aquin et Nino Ferrer de ce monde.

Pourtant, Dédé avait encore de nouvelles idées. À son retour du Brésil, il avait rencontré Jean Beauchesne, le directeur du Festival d'été de Québec: Il avait la tête pleine de projets. Il m'avait parlé de deux ou trois trucs. Il était très enthousiaste. C'était un perfectionniste, poursuit Beauchesne: Il fait partie, en compagnie de Jean Leloup, des créateurs qui ont permis à la musique rock québécoise de sortir des années soixante-dix.

Il avait la tête remplie de projets. Pourtant, il s'est brutalement enlevé la vie à l'âge de 38 ans.

Sauter le menu
Skarlatine > 2010 > Mai > Adieu Dédé!

Hommage

Les Colocs

Le chanteur des Colocs va au bout son instinct de mort!

Dédé emporte dans la mort la vraie raison de sa fuite

La démarche artistique des Colocs

L'industrie du cinéma rend hommage aux Colocs!

© MMX — Skarlatine, la fièvre du ska!