Volume 8, numéro 12 — Décembre 2008

Island Records

Chris Blackwell collabore à l'organisation d'un festival

La maison de disques Island Records fêtera, en 2009, ses 50 ans d'activité dans l'industrie musicale.

En effet, l'étiquette la plus prestigieuse de l'histoire de la musique anglaise soufflera 50 bougies en 2009! Island Records est la maison de disques du producteur Chris Blackwell, un Jamaïcain de race caucasienne qui a fait connaître le reggae au monde entier.

Chris Blackwell

Pour marquer l'événement, Blackwell collabore à l'organisation d'un festival qui aura lieu en mai 2009, en Grande-Bretagne.

De nombreux événements jalonneront l'année 2009 dont la sortie d'un livre, la diffusion de documentaires et la réédition d'albums légendaires. Au programme: concerts, cinéma, exposition de photographies et d'objets de collection liés aux artistes.

Fondée en 1959 à Kingston, en Jamaïque, par Chris Blackwell avec une mise de fonds de seulement 1000 livres sterling, Island Records a d'abord axé ses efforts de production sur les racines de la musique jamaïcaine que sont le ska, le rocksteady et le reggae.

La compagnie a connu un succès immédiat avec la chanson «Boogie In My Bones» du chanteur ska Laurel Aitken. La chanson est restée onze semaines en première position des palmarès jamaïcains: Lorsque j'ai enregistré Laurel Aitken et ces gens-là, je n'ai jamais pensé que ce serait le début d'une maison de disques, se souvient Chris Blackwell. Je ne faisais qu'enregistrer la musique parce que j'aimais ça. La Jamaïque est une petite place et je pensais à petite échelle à cette époque. Mais Blackwell a rapidement pensé à l'exportation.

Les premiers enregistrements de ska chez Island par Derrick Morgan et Jimmy Cliff ont fait leur chemin sur les pistes de danse des clubs branchés de Londres. Le ska était joué à côté d'importations américaines de R&B. Blackwell eut l'idée de fusionner le rythme distinctif du ska avec un vieux succès R&B de Barbie Gaye, «My Boy Lollipop». Il a demandé à la chanteuse jamaïcaine Millie Small de reprendre la chanson en 1964 avec une formation dirigée par Ernest Ranglin. La chanson s'est écoulée à sept millions d'exemplaire et s'est hissée en deuxième position des palmarès aux États-Unis et au Royaume-Uni!

Après le déménagement de son entreprise à Londres au début des années soixante, Chris Blackwell va progressivement bâtir un catalogue diversifié et s'imposer à l'avant-garde du rock progressif dès la fin des années soixante en produisant des groupes tels que Jethro Tull ou Emerson, Lake and Palmer.

Blackwell réalisera son plus grand coup en retournant à ses premiers amours, la musique jamaïcaine. En 1973, il signe Bob Marley and The Wailers pour en faire des vedettes aussi populaires que Jimi Hendrix!

Plusieurs recommandaient à Blackwell de ne pas signer les Wailers en raison de leur attitude de petits voyous et de leur prétendue manque de fiabilité. Néanmoins, le producteur a avancé 4000 £ pour l'enregistrement de l'album Catch A Fire. Cet investissement lui a rapporté une marge bénéficiaire dans les millions…

Chris Blackwell a vendu son entreprise trente ans après sa fondation pour un montant non révélé.

Sauter le menu
Skarlatine > 2008 > Décembre > Island Records

Scène

The Specials

Le groupe ska The Specials se réunira en 2009 pour une série de spectacles…

Disque

Caracol

Photo: Barry Russel

Le premier album solo de Caracol!

Histoire

Marcus Garvey

Marcus Garvey

Le militant Marcus Garvey, considéré comme un prophète par les Rastas!

© 2008 — Skarlatine, la fièvre du ska!