Volume 8, numéro 7 — Juillet 2008

Lee Scratch Perry

Le Salvador Dali du reggae!

Le 5 mai dernier, le label Jahslams sortait une anthologie intitulée Collectorama, retraçant le travail du producteur jamaïcain Lee Perry entre 1966 et 1979.

The Upsetter Collectorama

Cette réédition de vingt titres emblématiques accompagnée d'un livret de douze pages a le mérite de mettre en perspective l'évolution de l'un des plus grands producteurs jamaïcains et de présenter quelques pièces quasi-inédites ou introuvables.

En effet, cette collection présente l'œuvre d'un artisan de la musique qui a toujours eu à l'esprit une volonté d'ouverture et d'évolution. On peut y entendre ses propres compositions, en solo ou accompagné de ses Upsetters, mais aussi quelques titres représentatifs de son travail de production, dont les chansons «Soul Almighty» et «Keep On Movin» de Bob Marley and The Wailers.

Upsetter Records

Précisément situé à l'épicentre du séisme reggae qui déferle en Jamaïque, Lee Perry lance son label, Upsetter, à Kingston, vers la fin des années soixante, embauchant deux musiciens: le bassiste Aston Barrett et son frère, le batteur Carlton. Avec eux et Val Bennett, ils enregistrent l'album Return of Django.

En faisant des sessions chez Perry, Bob Marley remarque le talent des frères Barrett, qui intégreront bientôt les Wailers. Lee Perry enregistre les titres qui serviront de base au succès des Wailers chez Island Records.

Surtout reconnu pour son travail d'ingénieur de son, Perry a révolutionné le ska et le reggae de façon phénoménale, insufflant à ces styles de nouvelles sonorités. Il a contribué à la fondation de la musique reggae moderne et de ses dérivés: dub, dancehall et raggamuffin.

Black Ark Studio

Lauréat d'un Grammy en 1993 pour le meilleur album reggae, Lee Perry fait partie, avec ses expérimentations musicales parfois loufoques, mais qui relèvent la plupart du temps du génie, des artistes les plus hauts en couleurs que la Jamaïque ait offerts à la scène internationale.

Chris Blackwell, d'Island Records, a dit qu'il était le maître incontesté en termes de production de musique jamaïcaine. Pour sa part, Mike D, qui admet volontiers que les Beastie Boys eut grandement été influencés et inspirés par Lee Perry, a dit de lui qu'il était le Salvador Dali du reggae!

Mentionnons, en terminant, la sortie, en mars dernier, d'un documentaire retraçant la vie et l'œuvre de Lee Perry. Intitulé The Upsetter: The Life & Music of Lee «Scratch» Perry, cet ouvrage cinématographique réalisé par Ethan Higbee et Adam Bhala Lough met en scène l'histoire fascinante de Rainford Hugh Perry, de son vrai nom, un artiste excentrique et visionnaire né en 1936 à Kendal, dans une région rurale de Jamaïque, et dont l'aura se fait encore sentir dans le milieu de la musique reggae et dub.

Lee Scratch Perry et The Wailers en spectacle au Métropolis le samedi 5 juillet 2008 dans le cadre de la programmation en salle du Festival de jazz de Montréal.

Sauter le menu
Skarlatine > 2008 > Juillet > Lee Scratch Perry

Scène

The Slackers

Self Medication

Tous les jours c'est dimanche pour The Slackers

The Debonaires

The Debonaires' Long Shout

The Debonaires au Festival du musique ska de Victoria!

The Kiltlifters

The Kiltlifters

The Kiltlifters au Festival du musique ska de Victoria!

Disque

Chris Murray

Why So Rude

Nouveau disque de Chris Murray

© 2008 — Skarlatine, la fièvre du ska!