Volume 7, numéro 2 — Février 2007

The Specials

L'avènement d'un nouvel ère

Les débuts de ce qui allait devenir The Specials tels qu'on les connaît, remontent en 1977 à Coventry, en Angleterre, lorsque Jerry Dammers (claviers), Horace Panter (basse), Lynval Golding (guitare rythmique), Silverton Hutchison (batterie) et Tim Strickland (voix) ont formé The Automatics.

Le groupe est monté sur scène en jouant un mélange unique de musique punk et reggae devant les habitués du circuit local puis a joué régulièrement au club Mr. Georges, de Coventry.

Après un certain temps, Strickland fut remplacé par l'ancienne tête d'affiche de Squad, Terry Hall, au microphone. Peu de temps après, Dammers a recruté une vielle connaissance, Roddy Byers, guitariste mélodiste du groupe The Wild Boys. En fait, Roddy «Radiation» Byers a rejoint le groupe in extremis, à Londres, aux Berwick Street Studios, sous les auspices du DJ de Coventry, Pete Waterman.

Dammers a fait circulé le ruban magnétique qui en a résulté auprès des maisons de disques, mais celles-ci ont montré peu d'intérêt. Un ruban fut également envoyé à John Peel à Radio One, et bien que cet enregistrement fut ignoré à l'époque, il fut (re)découvert en 1993 et réalisé sous le titre Dawning of a New Era, The Coventry Automatics AKA The Specials.

Dammers a persuadé quelques compagnons de Coventry, en particulier le roadie Steve Connolly, de le présenter au manager des Clash, Bernie Rhodes. Les conversations qui s'ensuivirent résultèrent en prestations des gars en ouverture de la tournée On Parole, entre juin et juillet 1978, avec The Clash. D'abord signée pour deux ou trois spectacles, la formation a finalement fait la tournée en entier grâce à la persévérance de Dammers et grâce à l'intérêt de Joe Strummer (chanteur, guitariste et compositeur des Clash) pour le groupe de Coventry.

À ce moment, le groupe avait changé son nom pour The Coventry Automatics puisqu'un autre groupe nommé Automatics faisait déjà partie du circuit, puis il a ensuite changé de nom pour The Special AKA The Coventry Automatics. Le nom fut finalement abrégé à The Special AKA pour des raisons de clarté.

Coventry Automatics

The Coventry Automatics — (à partir de la gauche) Roddy Byers, Silverton Hutchison, Terry Hall, Lynval Golding, Horace Panter, Jerry Dammers, Neville Staple

Le groupe américain Suicide obtenait un bon accueil auprès du public des Clash, mais la musique punk influencée par le reggae que jouait The Special AKA ne faisait pas une aussi bonne impression, faisant du groupe une cible de choix pour les crachats et les cannettes lancées par la foule de punks.

L'un des aspects positifs de cette tournée fut l'addition de Neville Staple à la formation. Cet ancien roadie avait souvent fait entendre ses talents de toaster sur les chansons lors des tests de son. Le groupe l'a invité à joindre la formation de façon permanente aux voix et aux percussions.

Après l'expérience d'une tournée avec The Clash, Bernie Rhodes a fait entrer le groupe en répétition durant six mois à son taudis de Chalk Farm Road, à Londres. Ce séjour dans un entrepôt infesté de rats constitue un véritable bas-fond dans la jeune carrière du groupe, sept d'entre eux dormant dans une chambre. Au bout d'un certain laps de temps, Rhodes, croyant que le groupe avait besoin davantage d'expérience, les envoya en France.

(Lire la remémoration de Lynval Golding au sujet de ce périple riche en rebondissements et de l'histoire derrière la composition de leur premier extrait radiophonique, la chanson «Gangsters».)

Dès son retour à Coventry, le groupe s'est enfermé pour de sérieuses répétitions dans l'arrière-boutique d'un pub et a commencé à expérimenter en fusionnant des influences ska à sa musique. Le batteur, Silverton Hutchison, était de moins en moins présent aux répétitions, à la fois en raison du peu d'enthousiasme envers la nouvelle direction musicale du groupe et, de façon plus significative, parce qu'il était à la recherche d'un travail qui lui permettrait de nourrir sa famille. Il fut remplacé par John Bradbury.

Rhodes a conseillé au groupe de réfléchir à la création d'une image et d'une identité visuelle originale qui pourrait illustrer la signature sonore de la formation.

Dammers, influencé entre autres par le style hors scène du bassiste des Clash, Paul Simenon, a créé, à partir des styles vestimentaires des rude boys des Caraïbes et des mods anglais, ce qui allait finalement devenir le style vestimentaire ska.

Sauter le menu
Skarlatine > 2007 > Février > Coventry Automatics

Interview

One Night Band

One Night Band

Entrevue avec Alex Giguère du One Night Band

Scène

The Police

The Police Live

Le trio The Police se réunit sur scène après trente ans!

Bob Marley

Tuff Gong

Bob Marley, figure du proue du rastafari…

Marco Calliari

Marco Calliari

La recette du succès selon Calliari

© 2007 — Skarlatine, la fièvre du ska!