Volume 6, numéro 8 — Août 2006

Lynn Taitt

Le secret le mieux gardé du Festival de Jazz

Le dimanche 2 juillet, sur le boulevard De Maisonneuve entre les rues Jeanne-Mance et Saint-Urbain, le Festival international de Jazz de Montréal présentait sur la même scène les guitaristes des légendaires studios Treasure Isle et Studio One: Lynn Taitt et Errol Walters.

Le guitariste Errol Walters a pénétré dans l'antre de Studio One lorsqu'il avait quinze ans pour une audition avec Jackie Mittoo. Celui-ci est directement allé voir Coxsone Dodd pour lui dire qu'il fallait embaucher ce virtuose sur-le-champ. Il a travaillé chez Studio One comme guitariste de studio pendant des années avant de joindre le groupe Soul Vendors au milieu des années soixante. Un jour, le groupe s'est retrouvé sans bassiste. C'est ainsi que Walters a troqué la guitare pour la basse.

Lorraine Muller

Pendant une dizaine d'années, il a fait des tournées avec les Soul Vendors, puis a déménagé à Montréal dans les années soixante-dix. C'est à l'université, plus de vingt ans plus tard, au milieu des années quantre-vingt-dix, que Lorraine Muller, chanteuse et saxophoniste du groupe The Kingpins, a rencontré Walters pour lui parler d'un projet de spectacle rocksteady. J'ai inséré un disque dans le lecteur de sa voiture, et dès que les premières notes de la première chanson se sont fait entendre, il a dit: Lynn Taitt!. J'ai dis: Quoi? Et il a dit: Ouais, Lynn Taitt, il a inventé ce style, la façon de pincer les cordes de guitare que tu entends. Selon les rumeurs, il vivrait ici maintenant. Muller lui a répondu que non seulement Taitt vivait à Montréal, mais qu'il jouerait peut-être avec eux… Ses yeux se sont illuminés. Il pensait que je plaisantais. Même si Walters et Taitt jouaient pour des studios connus pour leur rivalité à cette époque, tout le monde en Jamaïque écoutait les créations de Lynn Taitt au studio Treasure Isle de Duke Reid.

Le guitariste originaire de Trinidad a inventé le rocksteady dans la foulée de la scène ska en Jamaïque. Musicien de studio, Lynn Taitt est le premier à avoir utilisé une guitare électrique dans la musique ska de l'époque. Avant que je n'arrive en Jamaïque, seuls les musiciens de jazz de l'île utilisaient une guitare comme la mienne. Jah Jerry, qui travaillait avec les Skatalites, jouait avec ses doigts sur une guitare acoustique sur laquelle était installé un microphone. C'est le clapotement de guitare qu'on entend sur tous les vieux enregistrements ska, ceux qui commencent tous par un roulement de tambour. J'ai voulu expérimenter avec une introduction à la guitare.

Taitt a aussi proposé ce qu'il considérait comme un arrangement secondaire — mais qui demeure sa plus grande innovation — en changeant pour toujours la façon dont était joué le ska, en créant le rocksteady. Cela demeure sa plus grande contribution à la musique, pour avoir permis une évolution du rythme up tempo de la musique ska vers, quelques années plus tard, le rythme down tempo du reggae.

Il s'agissait d'une séance d'enregistrement comme les autres: Hopeton Lewis est venu au Studio Khoury avec une chanson ska intitulée “Take It Easy” qu'il voulait enregistrée, mais le tempo était trop rapide pour qu'il puisse chanter en suivant la mesure. Alors j'ai dit au pianiste, Gladdy: Ralentissons la cadence et voyons ce que cela donne. Nous avons joué plus lentement et l'ingénieur de son a dit: c'est vraiment lent, mais ça sonne bien. Lynn Taitt n'a pas seulement ralentit le rythme de la guitare, il jouait aussi à l'unisson avec les partitions de basse, ce qui a donné naissance au rocksteady. L'idée venait de la musique que j'entendais à Trinidad. J'ai simplement appliqué cette technique à la musique que je jouais en Jamaïque. C'est l'étincelle qui a attisé puis enflammé la scène rocksteady entre 1966 et 1968, des années durant lesquelles il vivait pratiquement dans un studio.

En 1967, il travaille sur la tournée européenne de Prince Buster. À cette époque, Lynn Taitt joue avec Gladdy Anderson au piano, Joe Isaacs à la batterie et Brian Atkinsons à la basse, sous le nom des Jets. La compilation de Derrick Morgan intitulée Red Bumb Ball démontre les Jets dans leur élément (en studio) et au sommet de leur art.

The Jets

Taitt devient le premier travailleur autonome et musicien pigiste de l'époque. Tous les producteurs retiennent ses services: Duke Reid, Coxsone Dodd, Leslie Kong, Derrick Harriott, Sonia Pottinger et Derrick Morgan. Il travaille même avec la nouvelle génération de producteurs, dont Bunny Lee et Joe Gibbs.

En 1968, il obtient un contrat de deux semaines au Canada, mais il décide d'y rester pour de bon. Il œuvre désormais dans son studio au Nord de Montréal et a offert quelques présences remarquées au Festival international de Jazz de Montréal, dont celle du samedi 2 juillet dernier.

Les autres musiciens à participer à ce spectacle font partie de nombreux groupes issus de la scène ska de Montréal: Mike Gasselsdorfer à la batterie (General Rudie, The Kingpins, Lo and the Magnetics), Chris Raz à la guitare rythmique (Went To Paris, General Rudie, The Kingpins, Lo and the Magnetics), Laurent Royal au clavier (One Night Band), Nicky Popowic au trombone (General Rudie), Neil Johnson au saxophone ténor (Planet Smashers), Andy King à la trompette (The Kingpins, Lo and the Magnetics), Lorraine Muller à la voix et au saxophone (The Kingpins, Lo and the Magnetics). Les vétérans sont: Errol Walters à la basse (Soul Vendors) et Lynn Taitt à la guitare solo (The Jets).

La formation a excellé en interprétant des classiques tels que «Don't Stay Away» de Phyllis Dillon, «Sugar Sugar» de Laurel Aitken (écrit pour Doreen Shaffer), «007 Shantytown» de Desmond Dekker, «Mellow Mood» de Bob Marley, «El Cumbanchero» des Skatalites, «Last Train To Expo ’67" des Melodians, «Tide Is High» des Paragons et une version de la chanson «Don't Let Me Down» des Beatles, avec des arrangements inspirés par ceux de Marcia Griffiths. La seule chanson moderne interprétée par la formation est «Context NYC» de Victor Rice.

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Août > Rock Steady

Histoire

Top of the Pops

Millie Small

Dernière de la plus ancienne émission musicale de l'histoire de la télévision, Top of the Pops

Roots Rock Reggae

Burning Spear

L'Histoire du reggae, huitième partie…

The Specials

The Specials

Vingt-cinq ans se sont écoulés depuis la séparation du groupe de Coventry The Specials

Bob Marley

Bob Marley

L'œuvre de Bob Marley toujours d'actualité 25 ans après son décès…

Disque

Skavenjah

Skavenjah

Le cinquième album du groupe de Régina Skavenjah

One Drop

One Drop

Le groupe One Drop lance son deuxième album…

Catch 22

Permanent Revolution

Le groupe Catch 22 présente un album concept…

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!