Volume 6, numéro 7 — Juillet 2006

L'Histoire du Reggae

Pop Reggae

Bien que la musique jamaïcaine ait toujours été un prétexte pour commenter et critiquer la situation sociale et politique de l'île, son premier et principal objectif est de faire en sorte que se remplisse la piste de danse.

En conséquence, il est peu surprenant que cette musique ait fait une bonne impression dans les palmarès de musique pop partout dans le monde — Shaggy, Althea & Donna, Prince Buster, Maxi Priest, Chaka Demus & Pliers, Eddy Grant… Les étés ne seraient pas les étés sans la sortie régulée au métronome de disques reggae inspirés par la musique pop.

Lorsque le reggae est bien réalisé, il peut résister à n'importe quel arrangement: la rythmique est si forte que la musique va encore sonner comme du reggae. Bien sûr, l'enthousiasme du reggae à se laisser imprégner d'influences externes remonte à la fin des années soixante, lorsque des producteurs jamaïcains perspicaces ont envoyé des pistes de voix et de rythmique au Royaume-Uni afin que soient ajoutés des arrangements de cordes exubérantes avant de les réaliser pour le marché de la musique pop britannique. Des chansons orchestrées comme «Love Of The Common People», «Young Gifted & Black» et «Pied Piper» connurent un succès populaire énorme, ouvrant le marché à des pièces moins peaufinées comme «Double Barrel», «The Liquidator» et «Return Of Django».

Ceci a prouvé que le reggae avait un réel attrait au-delà son public de mordus, et les groupes de reggae, aussi bien en Grande-Bretagne qu'en Jamaïque, reluquaient un auditoire international. Ken BootheEverything I Own»), Rupie EdwardsIrie Feelings») et John HoltHelp Me Make It Through The Night») ont prouvé que, en autant que vous demeuriez fidèles aux racines du reggae, vous pouviez faire de la musique pop sophistiquée avec succès. Les leçons apprises par Althea & Donna avec «Uptown Top Ranking», Janet KaySilly Games») et Musical YouthPass the Dutchie») n'ont pas été ignorées par Culture Club

Le reggae pop comprend dans son sillage des groupes britanniques comme UB40, qui ont marché sur les traces de la Jamaïque, en fusionnant leur propre culture populaire britannique.

La sensibilité pop du reggae se poursuit également dans le dancehall. Smiley Culture et Tippa Irie ont fait entrer la culture des sonos mobiles dans les palmarès de musique pop avec «Cockney Translation» et «Hello Darling». Shabba Ranks a fait un duo avec Maxi Priest sur «Housecall» et Chaka Demus & Pliers sont des habitués des palmarès du musique pop. Mais ce mouvement est allé un cran plus loin avec Shaggy, l'une des plus grande vedette de la musique pop au monde, alors que No Doubt a ressenti besoin de faire appel aux disc jockeys d'allégeance dancehall Bounty Killer et Lady Saw pour ajouter un peu de saveur jamaïcaine à l'album Rock Steady (Interscope, 2001).

Dans le prochain numéro: le roots rock reggae

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Juillet > L'Histoire du Reggae: Pop Reggae

Festival

Victoria

Victoria Ska Society

Le septième Festival Ska de Victoria

Montréal

Le troisième Festival Reggae de Montréal…

Histoire

Sublime

Tribute to Sublime

Un coffret multimédia en hommage au groupe Sublime

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!