Volume 6, numéro 9 — Septembre 2006

The Specials

Les règles d'engagement

Le claviériste Jerry Dammers, fondateur du groupe le plus célèbre à jamais avoir émergé de la ville de Coventry, en Angleterre, avait cette vision pour le groupe The Specials depuis l'âge de dix ans. En 1978, il parvint à se frayer un chemin sur la tournée des Clash par l'entremise de leur roadie, Rodent, un gars de Coventry. Le manager des Clash, Bernie Rhodes, devient rapidement le-leur.

Le groupe s'appelait à l'origine The Coventry Automatics. Cela a pris un an ou deux à définir une identité sonore. Les premières tentatives de Jerry Dammers pour fusionner les musiques punk et reggae ne se sont pas avérées concluantes: C'était plus facile avec le ska, car les musiques punk et ska partagent le même tempo et la même énergie. Au début cependant, le groupe avait plutôt l'air de sept individus, selon Terry Hall: il fallait une identité visuelle forte.

Coventry Automatics

The Coventry Automatics: Roddy Byers, Silverton Hutchison, Terry Hall, Lynval Golding, Horace Panter, Jerry Dammers, Neville Staple.

Le gérant des Clash aide Jerry Dammers à définir cette image: Rhodes était un penseur conceptuel. Il nous a aidé à développer l'emballage. Nous avons acheté des habits usagés et avons changé notre nom pour The Specials, en référence à la chanson skaSaturday Night Special”. L'idée était de rappeler l'esprit des années soixante, des films de James Bond.

En signant avec Chrisalys, Dammers négocie le privilège de diriger sa propre étiquette, 2-Tone Records. Cette marque devient synonyme de mod-ska.

Bien que la démarche de Jerry Dammers soit une réponse directe à la montée de l'intolérance raciale et de la violence, le nom de sa compagnie ne fait pas allusion à l'unité entre les immigrants noirs et les anglo-saxons: Le nom 2-Tone fait allusion aux habits à deux tons que les rude boys et les skinheads portaient, et non à l'unité entre les ethnies. Le damier noir et blanc était également un symbole rude boy.

Selon Dammers, la musique punk catalysait la colère de la classe ouvrière, une colère confuse et souvent dirigée dans la mauvaise direction, contre la mauvaise cible: Le mouvement punk a stimulé un renouveau dans les rangs skinheads, le genre de personnes qui ne trouvaient pas les punks assez radicaux. Le parti du Front national organisait un nombre important de rassemblements, auxquels répondait la Ligue Anti-Nazi par des marches d'opposition.

Le guitariste du groupe The Selecter, Neol Davies, qui a composé la chanson du même nom en face B du 45 tours Gangsters, se rappèle que durant la première tournée 2-Tone, quelques skinheads à qui l'on avait refusé l'entrée sont passés par une fenêtre et ont commencé à frapper sur tout ce qui bougeait avec des lames de rasoir et des couteaux Stanley. Ça tournait souvent en émeute.

Neville Staple, des Specials, se rappèle d'avoir éjecté quelques skinheads Nazi hors des salles de spectacles: Ils étaient horribles. Ils nous ont lancé de l'argent, à moi et Lynval. Ils étaient sarcastiques, ils nous ont craché dessus. Ça m'a affligé, mais ne m'a jamais dissuadé, car le message était dans la musique.

Roddy Byers se rappelle aussi de la violence gratuite. Avec les lumières de scène qui les aveuglaient, c'était devenu dangereux, admet-il: Un soir, Neville est allé le premier, pour en frapper quelques-uns avec ma guitare, suivi de Lynval et moi. C'était difficile de distinguer les bons skinheads des mauvais. On m'a dit que la bataille s'était déplacée cinquante verges plus loin pendant que j'étais en train de tabasser les bons skinheads.

Toutefois, à mesure que 2-Tone a commencé à produire des succès, le public a changé: il y avait des Noirs, des Blancs, des Asiatiques qui dansaient tous sous le même toit.

Le trompettiste Dick Cuthell et le tromboniste Rico Rodriguez, un ancien élève de la fameuse école Alpha Boys School en Jamaïque — où les gars des Skatalites ont tous étudié la musique — jouaient avec le groupe de Coventry depuis l'enregistrement de l'album éponyme, en 1979.

L'ouverture des spectacles de la tournée Two Tone était confiée aux groupes The Selecter et Madness. Les invasions de scène étaient déjà devenues des rituels lors des représentations, selon Neville Staple: Un soir, assez tôt durant le spectacle, quelqu'un a grimpé sur scène et nous ne l'avons pas chassé. Le mot s'est propagé rapidement. Toutefois, certains tenanciers de club n'appréciaient pas cette pratique. On leur disait de les laisser tranquille. On n'hésitait pas à s'interposer lorsque les bouncers voulaient les éjecter.

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Septembre > Coventry Automatics

Scène

Rancid

Rancid

Le groupe Rancid sur la route dans le cadre d'une tournée nord-américaine…

Histoire

The Beat

Dave Wakeling

Que sont devenus les membres du groupe The Beat depuis la séparation de la formation?

The Selecter

The Selecter

Quelques faits d'armes du groupe The Selecter

Bob Marley

Bob Marley

Biographie de Bob Marley

Disque

Studio One

One Love at Studio One

Plusieurs albums nous replongent dans l'histoire de la maison de disques Studio One

Radiodread

Radiodread

Quelques vétérans de la musique reggae interprètent les textes de Thom Yorke

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!