Volume 6, numéro 9 — Septembre 2006

L'Histoire du Reggae

Lovers Rock

Bien que les partitions de basse vous laissent savoir que c'est du reggae, sa production étincelante et désinvolte doit ses influences aux musiques soul et pop, et ses thèmes de prédilection tournent autour des problèmes de cœur.

Dans les années soixante-dix, lorsque la musique roots rock reggae a pris le relais du rocksteady dans les communautés de jeunes Noirs, les femmes ont eu leur mot à dire: Rastafari signifiait jusque-là «Rasta For Him», et non «Rasta For Us».

En d'autres termes, il y avait un grand nombre de jeunes Noirs au Royaume-Uni qui ne ressentaient pas de sentiment d'appartenance à la culture roots. Ils montaient dans l'échelle sociale, ne voulaient pas retourner en Afrique, écoutaient beaucoup de musique soul, aimaient bien paraître pour les soirées du samedi, étaient ouverts aux influences de leur environnement, mais étaient aussi fiers d'être Noirs que n'importe quels Rastas coiffés de dreadlocks.

Il s'agissait d'une génération qui se percevait comme des Britanniques noirs, et elle a créé le lovers rock, le premier style de musique populaire et original créé par les Afro-Britanniques.

Bien que les partitions de basse nous laissent toujours savoir que c'est du reggae, la production étincelante et désinvolte doit ses influences aux musiques soul et pop, et ses thèmes de prédilection tournent autour des problèmes de cœur, d'où le nom du style qui a connu un énorme succès, bien que l'industrie de la musique commerciale en ait ignoré l'existence.

Des maisons de disques telles que Lovers Rock, Arawak, Santic et Hawkeye ont lancé une quantité phénoménale de produits à la fin des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt.

Il y avait des sonos mobiles qui ne jouaient rien d'autre que du lovers rock. En quelques occasions, le style s'est immiscé dans les palmarès nationaux. Alors que, dans plusieurs cas, les productions étaient dotées d'un raffinement illusoire, les vocalistes ne l'étaient pas. Il y avait une représentation fidèle de l'audience — des jeunes femmes et des jeunes hommes.

Les membres du trio Brown Sugar étaient encore à l'école, un autre trio s'appelait 15,16,17 à cause de l'âge de ses membres. Les femmes les plus âgées, Janet Kay et Carroll Thompson n'avaient pas encore vingt ans.

Gregory Isaacs

Gregory Isaacs

Du côté des gars, c'était en bonne partie une histoire de célébration de l'identité et de la personnalité — Victor Romero Evans chantait à propos de l'embonpoint sur la chanson «Slacks And Sovereigns» pendant que Trevor Hartley parlait simplement de traîner entre amis dans une chanson comme «Hanging Around».

Le style lovers rock est aussi l'un des rares exemples de reggae britannique qui ait eu une influence en Jamaïque, puisque des artistes comme Dennis Brown, Gregory Isaacs et Johnny Osbourne ont séjourné si longtemps à Londres que ce style ne les a pas quitté lorsqu'ils sont retournés sur l'île qui a vu naître le ska, le rocksteady, puis le reggae.

Dans le prochain numéro: nu roots

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Septembre > Lovers Rock

Histoire

The Specials

Coventry Automatics

Ville de Coventry, épicentre de la musique mod-ska

The Beat

Dave Wakeling

Que sont devenus les membres du groupe The Beat depuis la séparation de la formation?

The Selecter

The Selecter

Quelques faits d'arme du groupe The Selecter

Bob Marley

Bob Marley

Biographie de Bob Marley

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!