Volume 6, numéro 4 — Avril 2006

Hi-Jack

Lancement du premier album

Un signe de santé d'une scène est la présence d'une relève. Le magazine Skarlatine a rencontré le groupe Hi-Jack au restaurant L'Olive bleue, peu avant le lancement de son premier album, intitulé Choose Your Side (Cruel Éléphant, 2006).

Ce groupe émergent est formé de François Côté, guitare et voix; Stéphane Gagnon, batterie et chœurs; Simon Roy, basse; Gabriel Gosselin, trompette et Steve Dusseault, percussions.

Hi-Jack

Pour déterminer l'ordre des chansons durant la prestation, le groupe avait décidé de procéder par tirage au sort, mais avait omis quelques détails: on a pas encore écrit les titres sur les bouts de papier, admet Gabriel Gosselin, on n'a même pas de chapeau, s'exclame Steve Dusseault!

François Côté est l'organisateur, son rôle est de motiver les troupes. Le chanteur ne ménage pas ses efforts, il travaille pour le groupe en permanence. Si ses complices l'ont déjà traité de dictateur, ils tiennent à préciser que ce n'est arrivé qu'une seule fois, dans le cercle fermé de la radio…

Le batteur et le chanteur ont commencé à jouer ensemble au début des années 2000. Trouver des musiciens motivés à jouer le genre de musique et le style que le groupe tente de développer fut une tâche ardue. Ce style, c'est le ska, punk, reggae, mais on ne s'impose pas de limites, affirme François. Sur l'album, on a même des chansons qui ont des tendances métal ou hard core.

Musicalement, c'est l'héritage de formations telles que Grim Skunk, Bérurier Noir, Me Mom & Morgentaler et The Kingpins qui forme le point de référence du groupe et qui unit ses membres. En fait, les gars auraient pu nommer n'importe quel groupe qui n'hésite pas à traverser les frontières des genres et à mélanger les styles, parfois même à l'intérieur de la même chanson, qu'on pense à Sublime, Groovy Aardvark, N.O.F.X. ou Rage Against The Machine.

Hi-Jack peut changer de styles trois fois dans la même chanson, mais est-ce un groupe de musique progressive pour autant? Non, pas exactement progressif, mais disons qu'il y a des progressions, répond le gardien des transitions et des enchaînements, le bassiste Simon Roy, qui faisait partie d'un groupe de musique progressive avant de joindre Hi-Jack.

Du point de vue des textes, ils sont surtout inspirés par la vie personnelle du chanteur, qui a eu la faculté de travailler pour des patrons méprisables. Le chant lui sert donc d'exutoire; et le micro, de crachoir. Il déverse ainsi sa rage et vocifère contre les cibles qui lui empoisonnent l'existence.

Si vous avez déjà lu que le groupe ne se prenait pas au sérieux, sachez que c'est un euphémisme pour dire qu'il est doté d'un sens de l'absurde très rafraîchissant, à l'antipode de sa musique chargée de riffs de guitare agressifs et de paroles qui dénoncent l'hypocrisie et l'exploitation.

En fait, le groupe anticipe le lancement officiel sans laisser poindre la moindre trace de stress. On prend ça relax, admet Gabriel. On se fait plaisir. On a invité beaucoup d'amis qu'on néglige un peu depuis qu'on a commencé à construire l'album.

Pour ce premier disque, le groupe ne s'est pas mis de pression. Il a consciemment évité de fixer un ultimatum pour l'enregistrement. Explications de François:

«Ce fut un long processus parce que nous avons produit l'album au plus bas coût possible. Le Cruel Éléphant de Windsor a fait la réalisation et l'ingénierie sonore tout à fait gratuitement. C'est une radio communautaire qui s'est convertie en studio d'enregistrement afin de promouvoir la scène locale. Le processus d'enregistrement a duré pratiquement un an, on a fait ça à temps perdus.»

Les gens qui enregistraient le faisaient à temps perdu, et nous aussi, précise Simon. Coordonner tout ça relevait du défi. C'est pour cette raison que l'enregistrement s'est échelonné sur un aussi long laps de temps. Si on avait condensé le travail, l'enregistrement aurait pris un ou deux mois!

Les membres du groupe s'estiment chanceux d'avoir un distributeur pour leur premier album. LOCAL Distribution a connu leur travail par l'entremise de Cruel Éléphant.

Le concepteur de la pochette et du logo a aussi conçu le site Web du groupe. En fait, Hi-Jack est fidèle aux services de Patrick Côté depuis qu'il a réalisé le design du démo. On aime beaucoup le travail qu'il fait, ça nous représente bien, pense François. C'est un très bon graphiste, qui choisit des causes qui lui tiennent à cœur, soit environnementale, sociale ou artistique. Il a souvent des idées de concept, ajoute Simon.

Y'a-t-il une chanson prévue comme premier extrait radiophonique? Non, pas encore… Merci de nous le faire penser!, s'exclame Simon. Quand on leur demande s'il y a une chanson vidéoclipable, les membres du groupe répondent à l'unisson: Elles le sont toutes…

Cependant, le percussionniste, Steve Dusseault, pense que chacun a ses préférences, que ce ne sera pas un choix facile. Le trompettiste, Gabriel Gosselin, admet que: chaque personne du groupe préfère une chanson différente…

Il y a peut-être “Sunny Beat”, une chanson pour laquelle on reçoit beaucoup de commentaires positifs, pense François. En plus, c'est une chanson qui touche un peu au ska, au punk, au reggae. Elle représente bien la variété de notre musique.

À partir du moment où le disque est lancé, nous allons être attentifs aux commentaires du public, conclut Simon. À partir de cette rétroaction, le groupe pourra ensuite s'entendre pour cibler et proposer une chanson aux radios. Une histoire à suivre, car en mars dernier, les délégués du congrès des radios universitaires ont reçu une copie de l'album.

Avis aux collectionneurs

Au total, seulement mille copies de l'album Choose Your Side ont été imprimées. Évidemment, les 500 copies du démo sorti en 2001 sont toutes écoulées depuis longtemps. Si vous en avez un exemplaire en bon état, conservez-le précieusement.

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Avril > Hi-Jack

Interview

Go Jimmy Go

Entrevue avec Go Jimmy Go

Disque

Streetlight Manifesto

Réédition de l'album Keasbey Nights

Scène

Big D and the Kids Table

Big D & the Kids Table en spectacle…

Histoire

Sound Systems

L'Histoire du reggae

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!