Volume 6, numéro 3 — Mars 2006

Less Than Jake

La frontière de l'évolution…

Le groupe Less Than Jake était de passage le vendredi 3 février dernier au Spectrum de Montréal avec le groupe invité A Wilhelm Scream.

Depuis ses débuts en 1993, le groupe de Gainesville est avant tout un groupe de scène, le studio ne représentant qu'un mal nécessaire. Les membres du groupe punk ska n'ont jamais passé guère plus de deux semaines en studio pour l'enregistrement d'un album, avant de reprendre la route, soit dans les salles de concert, soit pour des tournées telles que le Warped Tour ou le Ska Against Racism Tour en 1998.

Less Than Jake

Toutefois, pour le cinquième album, intitulé Borders and Boundaries (Fat Wreck Chords, 2000), le groupe aborde les choses à l'envers: il prend le temps nécessaire à l'écriture des chansons et peaufine l'enregistrement en pensant au résultat. Auparavant, le produit final était souvent déterminé par un ultimatum de trois semaines environ pour écrire les chansons, apprendre à les jouer et faire les arrangements, lorsque le temps le permettait. Ainsi, huit semaines ont été consacrées à la production du cinquième album. Le punk ska métallique du groupe fut enregistré par Steve Kravac, qui avait enregistré l'album Hello Rockview (Capitol, 1998).

Et le résultat saute aux oreilles lorsqu'on écoute le disque, selon le bassiste Roger, qui admet avoir eu l'impression que la machine commençait à rouiller, après tant d'années sur la route. Pour sa part, le batteur, Vinnie, compare le processus d'enregistrement systématique de ce disque à la démarche artistique d'un peintre qui aurait appris à utiliser les bons pinceaux et les bonnes couleurs pour obtenir le bon résultat.

Des titres comme «Malt Liquor Tastes Better When You've Got Problems» et «Hell Looks A Lot Like L.A.» issent le son du groupe à son paroxysme.

Propulsé par le succès, Less Than Jake lance Anthem (Warner Bros, 2003), un album qui lui permet d'atteindre un sommet au palmarès. L'année suivante, le groupe lance B is for B-Sides (Rhino, 2004), un recueil de chansons enregistrées pour l'album Anthem, mais qui avaient finalement été écartées lors du choix final des chansons à paraître sur le disque en 2003.

Un brin d'histoire

Lorsque Vinnie, le batteur de Less Than Jake, a formé son premier groupe, il ne pensait jamais que sa musique allait être entendue à l'extérieur de son cercle d'amis et des murs de son local de répétition. Lorsqu'ils fréquentaient l'école secondaire, lui et le chanteur-guitariste, Chris, ont commencé à jouer dans un groupe différent. C'était négligé et désordonné comme musique, mais tant qu'il y avait du plaisir à commettre quelques faux pas mélodiques sur un rythme de batterie, à marmonner quelques paroles sur des accords à moitié exécutés… C'était leur bruit, leurs demi-chansons. C'était le bon temps, et c'était surtout gratifiant de rendre leur voisin, Herb, complètement fou, avec le maximum de distorsion et le tapage des cymbales de piètre qualité. Le groupe a poussé l'audace jusqu'à composer une «chanson» à propos de Herb, avec un refrain qui répétait continuellement «Hey Herb», jusqu'à ce que la police n'interrompe leur vacarme ou que les musiciens ne prennent une «pause-cigarette».

Lorsque Chris a déménagé à Gainesville (Floride), à trois heures de route au Nord de leur ville merdique, afin d'étudier au collège, c'est devenu clair pour Vinnie: ou bien il devait déménager, ou bien le groupe allait consister en lui-même, un gars qui portait un mohawk et qui ne pouvait pas chanter ou même se pointer aux répétitions… et quelques gars qui travaillaient dans la construction, c'est-à-dire des types qui boivent de la Budweiser à 25 mètres d'altitude et qui peuvent fumer une cigarette en martelant des clous en même temps!

Avant que Vinnie n'emménage à Gainesville pour étudier l'anthropologie et former un groupe avec Chris, les deux comparses avaient déjà bricolé quelques chansons. Entre les visites de Chris les week-ends ou celles de Vinnie à Gainesville, le duo en avait une demi-douzaine.

Après quelques répétitions avec un bassiste qui avait une voix encore plus mauvaise que celle de Vinnie, le duo a rencontré Roger par l'entremise de l'ami de la sœur du colocataire de Chris. Bref, Roger n'avait jamais joué de basse, mais était un excellent — et est encore un excellent — joueur de guitare. Après que Roger eut acheté la basse la moins chère possible dans un commerce de prêt sur gage, les deux comparses savaient qu'ils avaient un nouveau bassiste, ou du moins, quelqu'un qui connaissait les Descendents!

Parmi leurs principales sources d'inspiration, il y avait aussi un groupe britannique appelé SNUFF dont certaines chansons se démarquaient par les partitions de trombone, exécutées sur du punk très rythmé.

Le groupe a donc fait ses débuts comme un trio: Vinnie, Chris et Roger. Après avoir composé une poignée de chansons supplémentaires, le trio a pensé qu'il fallait mettre un peu de cuivres sur certaines de leur chansons.

Produire un disque de 7 po était la chose la plus importante que devait faire un groupe afin de laisser un repère permanent. C'était un trophée qui récompensait le dur labeur. Ce n'était pas jetable comme les rubans magnétiques l'était à cette époque ou que les CD-R le sont aujourd'hui.

Lorsque le premier album, Pez-Core (Asian Man, 1995), sort en cassette audio, le groupe vient de terminer l'enregistrement de son deuxième, Losing Streak (Capitol, 1996), qui le fait connaître du grand public après sa sortie en novembre 1996.

Avec le recul, des admirateurs qui écoutent une pièce comme «Johnny Quest Thinks We're Sellouts» sur le premier album pensent que le groupe a trahi ses racines depuis la parution de Borders and Boundaries en 2000. Le groupe n'a toutefois pas l'impression d'avoir capitulé face aux impératifs commerciaux.

Pour sa part, Roger pense que le groupe a subi une évolution substantielle que les admirateurs de longue date vont remarquer. Certes, le style est plus varié, mais l'évolution demeure un incontournable pour que la musique du groupe demeure originale, tout en évitant de sombrer dans les énormités.

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Mars > Less Than Jake

Histoire

2-Tone Week

Too Much Too Young

Palmarès des dix meilleures chansons produites par la maison de disques 2-Tone

Louie Dog

Louie Dog

Le membre canin de Sublime, Louie Dog, mort depuis cinq ans…

Entrevue

The Afterbeat

Lancement de l'album Personals du groupe ska The Afterbeat

Disque

Westbound Train

Westbound Train: Five To Two

Le groupe de Boston Westbound Train réédite l'album Five To Two

King Django

Roots Tonic

La concoction Roots Tonic de King Django

Scène

The Slackers

The Slackers' Peculiar

Les Slackers présentent les chansons de l'album Peculiar

The Skatalites

La formation jamaïcaine The Skatalites en tournée…

Hi Jack

Le groupe Hi Jack procède au lancement officiel de son premier album…

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!