Volume 6, numéro 2 — Février 2006

Lo and the Magnetics

Une figure mythique

Le samedi 28 janvier, le groupe Lo and the Magnetics se produisait sur scène au Café Campus pour célébrer la mise en marché d'une version remasterisée de son premier album, A Part (Top 5 Records, 2004).

Les affiches du groupe étaient bien visibles en janvier sur les murs du Café Campus, hôte des jeudis ska. Il faut dire que l'originalité du graphisme, très épuré mais créatif, jouait en faveur de la visibilité du groupe, sans parler des nombreuses collaborations de la chanteuse, Lorraine Muller, dont une présence sur scène avec le groupe Trip The Off et l'ouverture de la Tournée Ska Brawl avec son complice, Raz, pour un duo acoustique envoûtant.

Et puis, il faut bien l'admettre, en plus d'être un prétexte pour passer une excellente soirée, le spectacle servait aussi de rampe de lancement au vidéoclip de la chanson «Pull It All Apart», tourné en mai 2005.

Le montage a eu lieu en décembre, et Musique Plus a reçu la bobine à la mi-janvier. La chanson-titre de l'album A Part est d'une musicalité et d'une poésie qui vous arrachent le cœur et le déchirent en charpies.

Lo and the Magnetics

Lo and the Magnetics
(Photo: Richard Arless Jr.)

Avec pareille écriture, Skarlatine anticipe beaucoup de succès pour ce groupe obscur de Montréal, qui pourrait bientôt rayonner partout dans le monde. D'un autre côté, le groupe a peut-être trop de talent pour percer — du moins, si on se fie aux groupes médiocres qui écoulent pourtant leurs disques merdiques à la tonne! Et il ne faut pas négliger l'ouverture subite des médias de masse, dont le quotidien montréalais The Gazette, qui publiait une entrevue à la une de son cahier culturel le jeudi 23 janvier. Le journaliste Bernard Perusse présentait la chanteuse du groupe comme une figure mythique de la scène montréalaise, affirmant qu'elle faisait partie des Montreal music scene's cult heroes, pour reprendre son expression.

Est-ce un excès de langage ou une véritable reconnaissance du milieu? Car s'il ne fait aucun doute que Lorraine Muller a laissé une marque inaltérable sur la scène de la musique à Montréal et que sa réputation n'est plus à démontrer, on est encore loin de ce qu'on pourrait appeler un succès commercial. En fait, ce sera le public, qui ultimement, décidera si Lorraine et sa bande magnétique va connaître un succès populaire, ou s'ils resteront encore longtemps le secret le mieux gardé à Montréal!

Sauter le menu
Skarlatine > 2006 > Février > The Magnetics

Scène

One Night Band

One Night Band

Jeudis ska avec le One Night Band

Jeudis ska avec Trip The Off

La Tournée Ska Brawl

Hi Jack

Hi Jack

Le groupe de Sherbrooke Hi Jack

© 2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!