Volume 5, numéro 11 — Novembre 2005

The Beat

Dave Wakeling et The English Beat en spectacle au Café Campus

Le groupe Lo and the Magnetics jouait en première partie de Dave Wakeling et de ses musiciens le 24 octobre dernier au Café Campus. Incontournable de la scène ska britannique, Wakeling était de passage à Montréal afin de présenter aux nostalgiques les succès des groupes The Beat et General Public. «You just can't stop The Beat!», dit le slogan… Eh bien! Comment tout cela a-t-il commencé?

À Birmingham, un nouveau groupe, The Beat, donnait son premier spectacle un jour de tempête dont on se souvient surtout pour l'accident nucléaire de Three Mile Island. Le groupe a le pressentiment que les prochaines années pourraient bien s'avérer explosives!

The Beat

Les membres du groupe sont issus de la classe ouvrière de Birmingham. Lorsque le groupe émerge de la scène en 1979, la musique en est à la perturbation sociale et politique, avec le mouvement punk, encore bien présent en Angleterre. À travers tout ce chaos, le groupe propose une alternative avec un message d'amour et d'unité, articulé autour d'une grande musique de danse.

Le projet du groupe en était un d'inclusion, et non d'exclusion, et cela se reflète dans les influences musicales de la formation. Les six membres sont Dave Wakeling, à la voix et à la guitare; Andy Cox, à la guitare; David Steele, à la basse; Everett Morton, à la batterie; Ranking Roger aux voix et l'une des légendes de la première vague du ska, Saxa, au saxophone.

Le groupe vogue avec fluidité entre les genres: soul, reggae, pop et punk. Avec leurs contemporains, The Specials, The Selecter et Madness, The Beat a connu le succès du jour au lendemain. Ce fut l'un des groupes les plus populaires du mouvement ska britannique, et son influence se fait encore sentir aujourd'hui.

À Noël 1979, le groupe faisait une première incursion au sommet des palmarès britanniques avec leur premier simple, une reprise de Smokey Robinson, «Tears of a Clown», la seule pièce que le groupe enregistrera avec le label 2 Tone. Durant les cinq années suivantes, The Beat s'engage dans une tournée impitoyable et enregistre trois albums produits par leur propre label, Go Feet: I Just Can't Stop It, Wh'appen et Special Beat Service.

Le groupe a fait des tournées internationales avec entre autres des artistes comme David Bowie, The Police, REM, The Clash, The Talking Heads, The Pretenders et The Specials. Le groupe a continué de produire des succès avec des chansons devenues tellement populaires qu'on a de la difficulté à se rappeler une époque où elles n'existaient pas: «Hands Off… She's Mine», «Mirror in the Bathroom», «Save it for Later», «I Confess», «Stand Down Margaret», «Too Nice To Talk To» et leur reprise sereine de Andy William, «Can't Get Used To Losing You».

General Public

Après la dissolution du groupe The Beat en juillet 1983, Dave Wakeling forme General Public avec l'autre voix de la formation, Ranking Roger. Le groupe décolle rapidement, en multipliant les succès au palmarès avec les titres «Tenderness», «So Hot You're Cool» et «Never You Done That!» sur leur premier album, intitulé All The Rage. Le duo gagne instantanément l'estime du public et de la critique. La distribution ne nuit pas à cet engouement, avec le claviériste Mickey Billingham (Dexy's Midnight Runners), le bassiste Horace Panter (The Specials) et nul autre que la légende du punk Mick Jones (The Clash) à la guitare.

General Public produit deux autres albums, Hand To Mouth et Rub It Better et signe d'autres succès, dont «Come Again!», «Too Much or Nothing» et «I'll Take You There», en perpétuant l'héritage de groupe The Beat jusqu'à sa dissolution en 1996.

Fine Young Cannibals

Pendant que Wakeling et Roger travaillaient sur le projet General Public, Andy Cox et David Steele étaient occupés à former leur propre groupe. Adhérant au nouveau paradigme du vidéoclip, les deux passent une annonce à MTV pour trouver un chanteur. Après avoir écouté des centaines de rubans de partout en Amérique du Nord, ils choisissent finalement Roland Gift. Ce dernier était le chanteur d'un groupe de Hull (UK) nommé The Acrylics, une formation qui avait déjà joué en ouverture du groupe The Beat à quelques reprises. Cox, Steele et Gift deviennent les Fine Young Cannibals.

De la parution de son premier extrait, «Johnny Come Home» à la sortie de son premier album éponyme, le trio est acclamé par la critique et obtient un succès exceptionnel. Leur deuxième album, The Raw and The Cooked, n'est rien d'autre qu'un phénomène musical, avec les classiques instantanés: «She Drives Me Crazy» et «Good Thing».

Après General Public, Wakeling et Roger suivent leurs propres sources d'inspiration sur des chemins différents. Roger sort deux albums en solo, Radical Departure, puis en 2001, Inside My Head. Ces enregistrements montrent le retour de Roger à ses racines reggae et punk.

Pour sa part, Wakeling réalise l'album de Greenpeace, Alternative NRG, le premier album produit entièrement avec de l'énergie solaire. Il enregistre aussi la pièce titre et réalise la trame sonore du film de John Hughes, She's Having a Baby, après quoi il enregistre son premier album en solo, intitulé No Warning, en continuité avec la sensibilité pop qui a fait connaître General Public.

International Beat

Pendant que les autres membres du groupe The Beat étaient occupés avec leurs propres projets, Saxa et Everett Morton forment le groupe International Beat, une formation qui propose un mélange de pop moderne et de rythmes ska traditionnel pour créer un son hybride qui rappelle celui du groupe The Beat. International Beat se produit en tournée partout sur la planète et sort deux albums.

Special Beat

Après la parution de son premier album solo, Ranking Roger rejoint quelques vieux amis des beaux jours de la scène 2 Tone. Neville Staple aux voix (The Specials et Fun Boy 3), John Bradbury à la batterie (The Specials), Horace Panter à la basse (The Specials, General Public) et Graeme Hamilton à la trompette (The Au Pairs, Fine Young Cannibals) et d'autres musiciens forment un ensemble appelé Special Beat. Le groupe fait plusieurs tournées en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Ils produisent deux albums en concert.

The English Beat

Les admirateurs voient enfin leur rêve se réaliser en février 2003 lorsque le groupe se réunit pour une mini-tournée du Royaume-Uni, qui a culminé par une performance acclamée lors d'un concert à guichet fermé au Royal Festival Hall! Ce retour à la maison fut magique pour les membres du groupe et pour les admirateurs de partout dans le monde réunis pour une nuit d'extase, au son du rock-steady Beat!

Pas le genre à s'asseoir sur ses lauriers après la réunion du Royal Festival Hall, Wakeling poursuit une tournée du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada et du Mexique avec des musiciens qui interprètent les succès des groupes The Beat, General Public et les nouvelles chansons de Wakeling. Ce groupe est connu de ce côté-ci de l'Atlantique sous le nom The English Beat, en raison d'un risque de confusion avec un groupe homonyme au moment de leur première tournée en Amérique.

Sauter le menu
Skarlatine > Novembre 2005 > The Beat

Scène

Catch 22

Catch 22

Le groupe Catch 22 en tournée au Canada!

Scène

Planet Smashers

Planet Smashers

La tournée des Planet Smashers!

Disque

Nouveauté

The Busters

Evolution Pop, le treizième album des Busters

© mmv — Skarlatine, la fièvre du ska!