Volume 5, numéro 8 — Août 2005

The Planet Smashers

The Planet Smashers

Collectionneur de disques

J'avais une entrevue avec les Planet Smashers juste avant le lancement de leur plus récent album, mais auparavant, il fallait absolument que j'élucide un détail soulevé par une discussion avec un lecteur, un collectionneur ferré.

Par Jonathan Béland

Je n'ai pas le temps de poser ma première question que Matt Collyer passe en revue le contenu de ce qui me servait à transporter mes disques à l'époque où Skarlatine était une émission radiophonique.

Aujourd'hui, ce classeur contient un extrait de ma collection personnelle. Bien, bien… Oh! Super! Il critique ces disques comme s'ils faisaient partie de ma personnalité. Pas mal, bien, excellent, bien, merdique, génial, pas mal. Tiens! C'est quoi ça? Ah oui! As-tu écouté leur plus récent? Non, pas encore… Il est vraiment super!

Ainsi, ce lecteur a remarqué que la pochette de l'album Mighty n'indique pas le numéro treize. Est-ce une erreur volontaire ou bien une question de superstition?

«Ce n'est pas une chanson, c'est “Trap Door”. C'est vraiment une question de superstition. Lorsqu'on a fait ce disque en studio, on naviguait sur le Web quand les choses commençaient à s'enliser. On allait sur homestarrunner.com, et c'est de là que vient “Trap Door”.»

Ma copie de l'album No Self Control n'est pas numérotée comme les autres albums; il n'y a pas de numérotation Stomp.

«Je pense que c'est le numéro trente. On devrait lire STOMP 030 sur le rabat, mais vous avez la première édition. C'est vraiment le first print run

Est-ce lié à «Record Collector», une des chansons de l'album?

«Non. Ç'a été fait comme ça parce que Stomp était au bord du gouffre financier, et nous ne voulions pas sortir l'album chez une maison de disque qui pouvait déclarer faillite à tout moment. Bien que Stomp ait payé pour tout, nous avons prétendu que c'était un disque autoproduit, car nous craignions d'être associés à un échec. Nous voulions éviter la pagaille! Alors on l'a présenté comme notre propre label indépendant. Mais sur les impressions suivantes, il y a le logo de Stomp Records

Combien de copies ont été imprimées avec cette numérotation hors norme?

«Seulement mille.»

Je suppose qu'il ne vous reste plus de copie de la première impression de l'album éponyme des Planet Smashers

«C'est impossible à trouver! Celui-ci… Non. Les mille premières copies, le disque est rouge.»

Le mien, acheté au Café du Palais, est bleu.

«Ah! Il y a le logo de Moon Ska à l'endos!»

Les nouvelles impressions n'ont plus ce logo depuis la faillite de Moon Records.

«Celui-ci (mon album Attack of the Planet Smashers) et celui-là (Life of the Party) sont également épuisés. Sur les nouveaux, on peut lire l'adresse de Union Label Group au verso. C'est bizarre, je peux distinguer les différentes versions à partir de ces détails… Génial! J'aime ça.»

Vous savez maintenant quelles pièces de collection des Planet Smashers vous détenez.

Sauter le menu
Skarlatine > Août 2005 > The Planet Smashers

Réédition

The Flatliners

The Flatliners

Stomp Records distribue l'album Destroy to Create

Importation

Chris Murray

Chris Murray

Quatrième album solo intitulé Slackness

Nouveauté

Lord Skalipsoul

Lord Skalipsoul

Les Skalibu All Stars présentent l'album In the Studio!

Entrevue

Shantal Arroyo

Shantal Arroyo

Rencontre avec la chanteuse de Colectivo

© mmv — Skarlatine, la fièvre du ska!