Volume 5, numéro 7 — Juillet 2005

General Rudie

General Rudie

General Rudie au Cabaret Box Office (Photo: Dominic Lizotte)

Nouvelle direction musicale

Skarlatine a rencontré Phil Dixon, saxophoniste et chanteur de General Rudie, alors que la patrouille ska planifiait une tournée estivale au Québec et en Ontario.

Par Jonathan Béland

Depuis l'enregistrement de l'album Take Your Place (Stomp Records, 2004), réalisé par Rod Shearer avec l'appui de Dave Cooper (The Planet Smashers) à l'ingénierie sonore, General Rudie a tourné aux États-Unis et au Canada. L'ancien batteur, Rob Radford, est parti vivre à Washington avec sa copine.

«On a trouvé un remplaçant, Dennis Lee. Il a un style plus rock et très énergique. Ça devrait bien aller avec notre nouvelle direction musicale…»

Boris, le frère jumeau du tromboniste, Nicky Popovic, remplace le bassiste, Stefan Popowycz, qui a quitté suivre l'amour à Toronto, où habite sa copine.

On dit que vous êtes de moins en moins influencés par le jazz, et de plus en plus par la musique pop. Y'a-t-il un avenir pour le jazz?

«Bien sûr qu'il y a un avenir pour n'importe quel style de jazz, mais je n'envisage pas un avenir commercial…»

J'ai l'impression que votre musique n'est pas populaire, c'est-à-dire qu'elle n'est pas commerciale. Quelle est votre définition de pop?

«Pour nous le pop, c'est une manière d'écrire. Les chansons pop ont des formes musicales différentes du jazz, des formes plus simples, des mélodies rudimentaires, mais intéressantes. Pour nous, le pop est peut-être synonyme d'accessible.»

Avec la popularité grandissante du hip hop, le dancehall va-t-il prendre une place grandissante dans vos compositions à l'avenir?

«Ce n'est pas nécessairement la direction que nous allons prendre. Une ou deux compositions dancehall, ou ajouter des éléments dancehall, c'est toujours bien. Nous cherchons un son plus cru, plus indie rock…»

Quel lien avec votre démarche artistique représente le sticker de votre premier album, Cooling The Mark?

«Eh bien, on aimait tout ce qui était “old school”! Le ruban magnétique montre vraiment les racines de la musique. À l'époque, le ruban, c'était le moyen d'enregistrer. Si on faisait une erreur, on en coupait simplement un bout et on reprenait!»

General Rudie (Photo: Chris D'Angelo)

Les photographies de Chris D'Angelo pour l'album et l'affiche sont très réussies. Comment s'est déroulée cette séance de photos?

«On est allé au Mile End Bar, car le propriétaire est le frère de Nicky. On s'est amusé à prendre quelques photos, tout simplement.»

Quelle fut la réaction des diffuseurs après la sortie de votre premier vidéoclip, pour l'extrait «Shelter»?

«Je dois dire que la réaction est très faible. Nos stations de video québécoise et canadienne passent leurs journées à tourner des vidéos américains et des séries comme Pimp My Ride au lieu de diffuser les jeunes groupes!»

Votre claviériste, Marc Thompson, m'a dit que votre prochain vidéoclip serait celui de la chanson «Listen This». Est-ce exact?

«Un jour, on va peut-être tourner un vidéo pour “Listen This”, mais présentement, un vidéo comportant des scènes live se prépare pour “Dynamite”.»

Entre-temps, General Rudie compose de nouvelles pièces pour un troisième album et poursuit sa série de spectacles.

Sauter le menu
Skarlatine > Juillet 2005 > General Rudie

Critique

Planet Smashers

The Planet Smashers' Unstoppable

Unstoppable: de nouvelles munitions!

Entrevue

The Conspirators

JFK & The Conspirators' Mash up the dance

David Adams, pionnier du square dancehall

Nouveauté

Colectivo

Colectivo: Especial

Critique d'un album Especial

© mmv — Skarlatine, la fièvre du ska!