Volume 5, numéro 6 — Juin 2005

The Planet Smashers

Levons nos verres aux Planet Smashers!

Quelques minutes avant qu'ils ne grimpent sur scène le mercredi 18 mai dernier pour lancer la tournée — et le disque — Unstoppable, Skarlatine a rencontré les Planet Smashers au Café Campus (Montréal).

Par Jonathan Béland

Plus de dix ans après la fondation du groupe en 1994, l'énergie qui a toujours propulsé la formation est perceptible. Inutile de poser une seule question pour s'en rendre compte.

Cette énergie était palpable la première fois que j'ai vu les Planet Smashers au Golden Lion Pub de Lennoxville. Quelle soirée mémorable, malgré la chaleur accablante et ce type qui voulait me briser la mâchoire parce ce que je lui avais brisé le cœur en dansant avec sa copine. Une triste histoire, mais ça lui apprendra à rester les bras croisés à un show des Planet Smashers, surtout lorsqu'on est accompagné d'une si ravissante hipster.

L'angoisse de l'attente anime certains membres du groupe. J'ai l'impression que cette heure va durer une semaine entière!, s'exclame Dave Cooper, le bassiste du groupe. Ça fait six mois que j'attend cette soirée, poursuit celui qui n'a jamais cessé de porter ce type de lunettes surdimensionnées depuis la parution du premier disque en 1995, de fait, le seul autre membre de la formation originale avec le chanteur et guitariste, Matt Collyer.

Ce dernier est visiblement inconfortable sur sa chaise, pendant que résonne la musique des Slackers dans le minuscule salon attenant la non moins minuscule loge. Il semble impatient de monter sur scène, ce qui ne l'empêche pas de détendre l'atmosphère avec des bouffonneries et des boutades qui atteignent leur cible.

The Planet Smashers' Unstoppable

L'entrevue avec les Planet Smashers est sur le point de commencer lorsqu'un ami vient lever son verre au groupe. ¡Tequila!, s'exclament-ils, avant de boire d'un trait, puis j'actionne mon dispositif d'enregistrement. Que pouvez-vous dire à nos lecteurs à propos du nouvel album? C'est tridimensionnel… inspiré de Q-Bert. Les gars s'amusent à leurs dépens. Rien ne peut les arrêter, et par ailleurs, il y a ce thème de Q-Bert, repris par Sublime, que j'écoutais dans la voiture en me rendant à l'entrevue, un excellent dub. Vraiment? C'est aussi comme les publicités du iPod. Originellement, on voulait faire comme Q-Bert, mais là, on n'est plus sûr…. Voilà! Je viens de semer un doute, mais ils persistent: On aime le verso… On aime la couleur. On aime la musique! Et la musique… C'est pas comme Mighty, l'album précédent, c'est plus vivant, plus rock'n'roll. Il y a bien sûr des chansons comme «Police The Nation», qui reprennent la formule des Planet Smashers, mais pour d'autres… Par exemple, “Cool Your Jets”, on n'a jamais fait quelque chose comme ça auparavant. Aussi, “Blank Stare” et “Giants” sont vraiment différentes. “A Revolution Song”, c'est même pas ska, c'est méchant, commente Collyer. Looking for a cure”… Eh bien! C'est une chanson d'amour qui risque de m'aliéner! Généralement, vos chansons d'amour sont plutôt risibles, est-ce encore le cas? Non, celle-là, c'est vraiment sérieux. C'est triste., poursuit-il. Si je la chantais sur scène, je risquerais de me faire tabasser, de me faire traiter de lopette. Décidemment, on est assez loin d'une chanson d'amour comique telle que «So Happy» (Without You) ou bien «Romeo».

Si on parlait du vidéoclip pour la chanson «Raise Your Glass» et de la participation des gars de Bid D and the Kids Table. D'abord, il faut dire que ce n'est pas un vrai vidéoclip. On avait beaucoup d'images, et les gars sont arrivés. Avec beaucoup d'imagination? Exactement! C'est très festif. Il y a du bon comme du moins bon, mais c'est toujours valorisant de le faire soi-mêmeOn n'a pas dépensé beaucoup d'argent! On peut y voir plusieurs groupes, dont Big D and the Kids Table, Guttermouth, Mustard PlugLes gars de Big D ont simplement fait une sélection, puis un montage. Sympa. En fait, si vous observez attentivement le vidéoclip, vous allez voir presque tous les groupes avec qui nous avons joué durant la dernière année de tournée.

Entre-temps, les Planet Smashers attendent une réponse pour le financement du prochain vidéoclip, un vrai. On a fait une demande de subvention pour le tournage de “Bullet To The Ground”. On a demandé assez d'argent pour qu'on puisse sauter d'un avion et filmer la descente. Visiblement, ça les amuse. En écoutant la chanson, on peut penser que c'est une chanson qui parle de la fin du monde, mais c'est vraiment une chanson à propos de parachutisme en chute libre. Et si cette demande est refusée, avez-vous une alternative, un plan B? On va tourner un vidéoclip pour la chanson titre, “Unstoppable”. Ça va être dans le style de la pochette, en trois dimensions, avec Q-Bert… Faudra éviter de se faire tuer! On lève notre verre au groupe une dernière fois avant que les gars ne se retirent dans la loge pour revêtir leurs costumes de scène, une sorte d'habit de mécanicien orangé sur lequel est brodé quelques icônes.

Après quelques minutes, les gars sortent de la pièce avec fracas, au son du cri de ralliement: Safety First! Désopilant. La première chanson est à peine terminée qu'ils regrettent déjà cet accoutrement: Quelle chaleur! La température est effectivement insoutenable, et la soirée n'a pas encore atteint son paroxysme. C'est la première et la dernière fois qu'on porte ces costumes! Des promesses, des promesses…

The Planet Smashers

The Planet Smashers (Photo: Dominic Lizotte)

Après une performance des plus électriques, les Planet Smashers se précipitent, en sueur, dans la loge: Holy Shit!, s'exclame Matt Collyer, en créant une brèche dans son costume pour que puisse s'échapper la vapeur. Ce sera votre premier commentaire? Il fait plus chaud qu'en enfer là-dedans… Je m'extirpe de la pièce exiguë, alors que s'y entassent les autres membres du groupe, qui ont visiblement besoin d'un rafraîchissement.

Levons nos verres encore une fois.

Sauter le menu
Skarlatine > Juin 2005 > The Planet Smashers

Entrevue

The Peacocks

The Peacocks

Du rockabilly explosif!

Entrevue

The Slackers

Vic Ruggiero

Entrevue: Vic Ruggiero

Entrevue

The Conspirators

JFK & The Conspirators' Mash up the dance

Mash up the dance

Nouveauté

Los Furios

The Furios' Warning Shot

Warning Shot

Nouveauté

Colectivo

Colectivo: Especial

Lancement du disque Especial

© mmv — Skarlatine, la fièvre du ska!