Volume 5, numéro 6 — Juin 2005

J.F.K. & The Conspirators

Conspirer pour que ça brasse!

Beaucoup d'eau à couler sous les ponts depuis la prestation de J.F.K. & The Conspirators au Festival de Jazz de Montréal.

Skarlatine avait été impressionné par leur performance, comme en témoigne d'ailleurs notre album Mayor of Ganja City (Stomp Records, 1998), acheté sur le site des festivités, et autographié par les membres du groupe.

Ensuite, peu de nouvelles, hormis quelques prestations à Montréal, sans grand battage médiatique. Nous avons joué l'hiver un soir de tempête, il n'y avait personne dans les rues, se rappelle David Adams, qui a vécu sur l'île pendant trois ans. D'abord, comme guitariste des Kingpins, peu après la sortie de Let's go to work, un album inouï.

Cette expérience inespérée s'avère toutefois décevante. Lorsque la nouvelle direction musicale m'est devenue apparente, je ne voulais plus en faire partie. En fait, lorsque Bobby Beaton a quitté, il s'est dit, d'accord, j'accepte de faire cette dernière tournée, mais il croyait déjà que ce ne serait plus jamais les Kingpins.

Il n'était déjà plus avec le groupe lors de la tournée All Skanadian 4 en 2002, avec Chris Murray et General Rudie en ouverture. Il poursuivait sa quête de création en solo. J'avais un nom, M.C. Vortex, et je jouais avec des D.J., principalement sur la scène locale drum and bass. Après quoi, il rentre à Winnipeg retrouver ce qu'il reste des Conspirators.

Il ralentit la cadence jusqu'au moment où il trouve le bon son, les bons musiciens… et le bon moment! Le résultat de ce travail est Mash up the dance (Bacteria Buffet Records, 2004).

JFK & The Conspirators' Mash up the dance

Beaucoup moins ska, ce disque dancehall représente un changement de tempo encore plus saillant sur la scène du Swimming le 27 mai dernier, où le groupe n'interprète aucune chanson du premier album, et pas même la moitié des chansons de ce deuxième disque.

En fait, certaines pièces semblent en rodage, du moins à en juger par les instructions du maître de cérémonie, Dave Adams, alias J.F.K., qui s'agite dans tous les sens. C'est ma première ici en tant que front man, remarque-t-il.

Depuis qu'il n'est plus confiné à la batterie, le «chef d'orchestre» s'alimente à même la réaction du public, qui se déhanche aux rythmes d'inspiration jamaïcaine et qui se délecte au son de cette musique rub-a-dub, de ce dancehall du genre Studio One sorti directement des années soixante-dix.

On est à des milliers de kilomètres de l'image stéréotypée de la musique au Manitoba, c'est-à-dire l'omniprésence de la musique country rock. Nous sommes un phénomène là-bas!, s'exclame-t-il, avant de poursuivre: À Winnipeg, les gens n'écoutent tout simplement pas la musique que nous jouons.

Un artiste d'une catégorie restreinte, dont font partie Dr. Ring Ding et King Django, que les Conspirators ont accompagné lors de sa plus récente série de spectacles. C'est un gars réglo, admet Adams, mais il ne touche pas à notre style de musique. À redécouvrir!

Sauter le menu
Skarlatine > Juin 2005 > J.F.K. & The Conspirators

Entrevue

The Peacocks

The Peacocks

Du rockabilly explosif!

Entrevue

The Slackers

Vic Ruggiero

Entrevue: Vic Ruggiero

Entrevue

Unstoppable

The Planet Smashers

Levons nos verres aux Planet Smashers

Nouveauté

Los Furios

The Furios' Warning Shot

Warning Shot

Nouveauté

Colectivo

Colectivo: Especial

Lancement du disque Especial

© mmv — Skarlatine, la fièvre du ska!