Fiches biographiques

Références

Artistes américains

Cette page contient de courtes descriptions biographiques et des liens vers les sites Web officiels des artistes ska originaires des États-Unis:

Malgré nos efforts, notre meilleure volonté et notre grand souci de rigueur, nous sommes conscients que cette page demeure incomplète. Nous tenterons d'ajouter des liens sur une base mensuelle, quoique nous ne prétendrons jamais faire preuve d'exhaustivité. Revenez nous visiter bientôt pour voir les changements!

Bad Brains

Washington (Columbia)— Formé en 1977, Bad Brains est un groupe punk rock américain qui a contribué à établir ce genre de musique aux États-Unis avec les Ramones et Dead Kennedys. Pionnier avec The Clash de la fusion entre la musique punk et le reggae, Bad Brains a influencé un nombre incroyable de groupes, dont Minor Threat, Beastie Boys, Skankin' Pickle et Black Flag.

Big D & the Kids Table

Boston (Maine) — Un spécialiste en industrie musicale a déjà dit aux membres de Big D and the Kids Table que pour sortir un album qui a des chances d'obtenir du succès, il fallait avancer au moins 25 000 $ pour enregistrer, mixer, masteriser et promouvoir le disque.

Ils ont acquiescé au conseil de l'expert: ils ont risqué 700 $ en 1997 pour leur première réalisation, Shot By Lammi. À ce jour, plus de 10 000 copies ont trouvé preneur, sans argent dépensé en publicité, promotion et, de façon plus frappante, sans l'appui d'une maison de disque.

Le groupe n'hésite pas à souffrir pour son public! Rares sont les spectacles qui finissent sans quelques ecchymoses, bosses, éraflures ou contusions… Le chanteur, Dave McWane, s'est fréquemment blessé en plongeant dans la foule; le bassiste, Steve Foote, a brisé une scène dans presque tous les états américains et le guitariste, Sean P. Rogan, s'envole à partir de n'importe quelle pièce d'équipement sur laquelle il peut grimper.

Le plus impressionnant à propos du groupe est sa capacité de se faire connaître à l'extérieur de Boston, sans aide, sans publicité, juste avec de la bonne musique et des spectacles parfaitement déjantés.

Catch 22

New Jersey — Formé à l'automne 1996 de Chris Greer, Ryan Eldred et Kevin Gunther, le groupe punk Catch 22 a cumulé les tournées en promotion de leurs albums Keasbey Nights, Alone in a Crowd, Washed Up And Through The Ringer et Dinosaur Sounds.

Chase Long Beach

Long Beach (Californie) — Depuis la fondation du groupe en 2002, les huit gars et filles de Chase Long Beach ont acquis une notoriété grâce à la création d'une musique originale. Le dur labeur effectué dans leur région du Sud de la Californie leur a permis de rejoindre un public mondial avec pour résultat la naissance d'un nouveau phénomène musical. En six ans, Chase Long Beach a réalisé deux maxis: Attack of the Fuzzy Things (2004) et Chase Long Beach Hosts a Molotov Cocktail Party (2006). Ces deux disques furent suivis par la sortie en 2007 d'un premier album intitulé Lebec. Puis, le groupe a signé chez Victory Records en 2009.

Go Jimmy Go

Oahu (Hawaï) — La sensation hawaïenne Go Jimmy Go est connue entre autres pour les chœurs de la chanson «Rock Steady» sur l'album Raw de Chris Murray (Asian Man Records, 2003).

La formation cumule un répertoire soul et reggae tiré de ses trois albums: Soul Arrival (Moon Room Records, 2000), Slow Time (2004) et The Girl With the… Fishbowl Eyes (2005).

James Brown

Barnwell (Caroline du Sud) — Né le 3 mai 1933, James Brown a grandi dans la pauvreté à Augusta, en Géorgie. Brown est l'initiateur du funk. Il a eu une très grande influence sur la soul, le rhythm and blues et le gospel. En fait, il a eu une influence indéniable sur toutes les musiques afro-américaines, y compris le ska, le reggae et le hip hop. Il était renommé pour ses performances scéniques. Il est mort le 25 décembre 2006 à Atlanta.

King Django

New York (New York) — Héritier de diverses influences comme le dancehall, le ska, le reggae, le rock, la soul, le swing, la musique folk américaine et yiddish, King Django est un artiste difficile à étiqueter. Sa polyvalence entre les genres de musiques jamaïcaines, punk et R&B est sans pareille, se révélant tôt dans sa carrière comme chanteur et tromboniste du groupe ska de New York The Boilers (1986–1988), évoluant à travers le reggae, la soul, le punk et le jazz avec la musique expérimentale de Skinnerbox (1989–1998) et parvenant à la reconnaissance du milieu comme leader du collectif de ska traditionnel Stubborn All-Stars (1994–1998).

King Django s'est fait connaître comme chanteur, maître de cérémonie (M.C.), compositeur et musicien (trombone, guitare hawaïenne [ukulele], harmonica, etc.), producteur, ingénieur de son et propriétaire d'un label (Stubborn Records). Ses contributions à la scène et à l'enregistrement incluent Stubborn All-Stars, Skinnerbox, Rancid, The Toasters, The Slackers et Murphy's Law.

Less Than Jake

Gainesville (Floride) — Ouvertement influencé par le groupe britannique SNUFF depuis ses débuts en 1993, Less Than Jake est avant tout un groupe de scène, le studio ne représentant qu'un mal nécessaire.

En 2000, changement de programme: huit semaines sont consacrées à l'enregistrement et à la réalisation de l'album Borders and Boundaries (Fat Wreck Chords). Un record pour un groupe qui nous avait habitué à un travail brouillon… Auparavant, le produit final était souvent déterminé par un ultimatum de trois semaines environ pour écrire les chansons, apprendre à les jouer et faire les arrangements (lorsque le temps le permettait).

Propulsé par le succès, Less Than Jake délaisse le tranquillement le ska et lance Anthem (Warner Bros, 2003), un album qui lui permet d'atteindre un sommet au palmarès. Un recueil de chansons enregistrées pour l'album Anthem, mais finalement écartées lors du choix final, sort en 2004 sous le titre B is for B-Sides. Less Than Jake revient aux sources en 2006 avec la sortie d'un album intitulé In With The Out Crowd avec une musique qui s'inscrit dans la mouvance power pop, ou si vous préférez, du punk adouci et vitaminé avec quelques partitions de cuivre.

New York Ska Jazz Ensemble

New York (New York) — Mis sur pied à partir de la fusion des groupes The Toasters, The Scofflaws et The Skatalites, le New York Ska Jazz Ensemble a comme objectif d'actualiser les rythmes traditionnels du ska en lui procurant l'énergie de l'époque contemporaine. Leur musique présente un amalgame de rythmes ska et reggae, en plus du jazz classique et de pièces originales.

No Doubt

No Doubt

Anaheim (Californie) — Inspiré par Madness, le groupe s'est fait remarquer vers la fin des années 1980 en jouant en première partie de Fishbone, The Untouchables, Red Hot Chili Peppers, Ziggy Marley et Mano Negra. Mais le premier album éponyme passe plutôt inaperçu en 1992 en pleine vague grunge. Le groupe organise une tournée de treize spectacles et se produit plus tard en ouverture de Public Enemy et de Special Beat!

C'est avec son deuxième album, intitulé Tragic Kingdom, que No Doubt parvient à s'imposer à travers la vague punk rock californienne des années 1990 avec les chansons «Just a girl» et «Don't Speak». Sorti en 1995, durant l'apogée de la troisième vague du ska, l'album est rapidement certifié platine. Le groupe sort deux albums, Return of Saturn (2000) et Rock Steady (2001), avant que la chanteuse, Gwen Stephani, lance une carrière solo couronnée de succès.

Rancid

Berkeley (Californie) — Après la séparation d'Operation IVY en 1989, Tim Armstrong et Matt Freeman, deux amis d'enfance, multiplient les tentatives, dont les groupes Dance Hall Crashers et Downfall, qui obtiennent relativement peu de succès. En 1992, le duo et le batteur Brett Reed forment Rancid et sortent un album éponyme l'année suivante. Le bassiste de UK Subs, Lars Frederiksen, se joint au trio en 1994, l'année où sort une galette rockabilly intitulée Let's Go.

Rancid

Puis, en 1995, l'album And Out Come The Wolves permet au quatuor de goûter au succès avec les pièces ska «Time Bomb» et «Ruby Soho», constamment en rotation sur le réseau MTV.

En 1998, le groupe se rend à Kingston, en Jamaïque, pour enregistrer l'incroyable album Life Won't Wait, résultat d'un pèlerinage musical avec l'introduction d'éléments reggae, jazz, ska et de morceaux punk old-school, traduisant l'influence de groupes comme The Clash.

Rancid revient à la charge en 2000 avec un nouvel album éponyme, un opus hard-core communément appelé Rancid V, Rancid 2000 ou Rancid 5, afin d'éviter la confusion avec le premier album.

En 2003, Rancid présente Indestructible, un album qui est une sorte de condensé de tous les albums précédents, avec du ska, du hard-core et du punk old-school. Le groupe fait une pause en 2004. Matt Freeman tient la basse pour Social Distortion en remplacement de John Maurer; Tim Armstrong fonde le projet The Transplants. Un nouvel album de Rancid est prévu au printemps 2007.

Reel Big Fish

Orange County (Californie) — Groupe ska punk festif, Reel Big Fish se fait d'abord remarquer avec la chanson «Sell Out», de l'album Turn The Radio Off, en 1996. Le groupe fait ensuite un caméo dans le film humoristique BASEketball. L'ode à l'orge malté, la chanson «Beer», propulse l'album au sommet des ventes de musique ska. Dix ans plus tard, en 2006, Reel Big Fish est libéré de son contrat avec Universal. Le groupe réalise un album enregistré en concert afin de se réapproprier ses plus grands succès et travaille à la composition de nouveau matériel.

Skinnerbox

New York (New York) — Formé par King Django en 1989, Skinnerbox a débuté en jouant des rythmes traditionnels ska et reggae pour rapidement prendre une tendance expérimentale.

Le groupe incorpore à sa musique plusieurs éléments provenant du funk, du rock, du jazz, des rythmes latins et du dancehall.

Streetlight Manifesto

East Brunswick (New Jersey) — En 1999, le désir de repousser encore plus les frontières musicales a conduit Tomas Kalnoky, membre fondateur de Catch 22 et auteur de Keasbey Nights, à former la super-formation Streetlight Manifesto.

Le groupe est formé de six vieux amis et vétérans de la scène ska du New Jersey. Ils se sont unis pour former une équipe étoile, une distribution de rêve, issue des groupes Catch 22 et One Cool Guy.

Leur premier effort fut la sortie d'un disque démo éponyme de quatre chansons transmis à quelques maisons de disques choisies. Streetlight Manifesto fut signé presque aussitôt chez Victory Records, en décembre 2002. Le premier album, intitulé Everything Goes Numb, est paru en août 2003.

Stubborn All-Stars

Stubborn All-Stars

New York (New York) — Mené par King Django, Stubborn All-Stars est un groupe de musiciens choisis parmi les meilleurs de New York.

Le son de la musique jouée par la formation est caractérisé par une tendance très forte vers le ska jamaïcain traditionnel, accompagné des rythmes R&B américains.

Sublime

Ska, punk, hip hop, rock, reggae, blues à son meilleur. Catégoriser Sublime dans un seul genre serait restrictif, et surtout, ce serait une injustice, considérant la créativité éclatée du groupe.

Formé à Long Beach, en Californie, à la fin des années quatre-vingt lorsque Bradley Nowell, Bud Gaugh et Eric Wilson se sont réunis afin de poser des textes ingénieux sur une musique planante, Sublime a commencé à improviser dans un petit garage, mettant en place ce qui allait devenir un héritage pour Long Beach et le monde entier.

En 1996, Bradley James Nowell a succombé à la dépendance qu'il avait tenté de combattre. Il est mort d'une surdose d'héroïne pendant l'enregistrement de l'album éponyme de Sublime, qui a propulsé le groupe vers un auditoire international et qui a procuré au chanteur un succès posthume universel. Après le décès de Nowell, Gaugh et Wilson ont formé le groupe Long Beach Dub Allstars.

The Allstonians

Boston (Massachussetts) — Les Allstonians proposent un style de ska et de reggae irrévérencieux dans lequel les cuivres sont à l'honneur. Le groupe a fait danser les foules en Amérique du Nord et en Europe en plus de jouer avec un grand nombre de groupes locaux, nationaux et internationaux. Les Allstonians ont partagé la scène avec The Specials, The Selecter, Bad Manners, The Toasters, Bim Skala Bim et The Mighty Mighty Bosstones.

The Aggrolites

Los Angeles (Californie) — Ce quintette fusionne le reggae old school avec les musiques rock, soul et funk. Influencé par des formations telles que The Meters, Toots and The Maytals et The Clash, le groupe préconise un rythme appuyé par des mélodies évocatrices dont le résultat se nomme dirty reggae, ou si vous préférez, du gros reggae sale!

Le groupe est formé de: Jesse Wagner (voix, guitare), Brian Dixon (guitare rythmique), Roger Rivas (orgue), Korey Horn (batterie) et Jeff Roffredo (basse).

The Bluebeats

The Bluebeats

Bay Shore (New York) — Formé à l'été 1994 par Mike Dance, l'ex-chanteur et auteur-compositeur du groupe The Skafflaws, The Bluebeats reprend le son original du ska traditionnel. Le groupe combine des classiques jamaïcains et des compositions originales.

The Debonaires

Riverside (Californie) — Depuis ses débuts en 1995, le groupe The Debonaires incorpore à sa musique ska, rocksteady et reggae des soupçons de soul, de jazz et de funk, tout en préservant fidèlement la sonorité jamaïcaine.

Dans la pure tradition de leurs sources d'inspiration, les membres du groupe se sont donné le mandat de produire de la musique énergique de qualité, qui a de la substance et qui demeure conforme aux idées d'émancipation à la base de la musique jamaïcaine.

La formation a eu le privilège de partager la scène avec quelques-unes des légendes du ska et du reggae, dont The Skatalites, Laurel Aitken, Justin Hinds, Rico Rodriguez, Phyllis Dillon, Desmond Dekker, The Specials, Fishbone, The Toasters et Hepcat.

The Scorchers

Brooklyn (New York) — Formé par Mush One et Luis Zuluaga, anciennement du groupe The Slackers, The Scorchers remonte le temps à travers les racines de la musique jamaïcaine. Après avoir quitté The Slackers au tournant du millénaire, Mush One a contribué à plusieurs projets musicaux dans la région de New York, notamment Sister Nancy Meets Fireproof (2002), The Hungry March Band (2003) et Critical Brass (2004), de même que le groupe d'inspiration jazz cajun Washington Square Stomperz (plus tard connu sous le nom Red Hook Warriorz). Quelques années plus tard, le son du ska a une fois de plus croiser le chemin de l'auteur et trompettiste Mush One. Il a contacté Luis Zuluaga, récemment expatrié des Slackers, afin de former un groupe hard-bop jazz. Avec le contrebassiste Paul Defiglia et le tromboniste Ben Shanley, le noyau du groupe était formé.

The Slackers

New York (New York) — Formé en 1991, le groupe a expérimenté avec le ska, le reggae, le soul, le rock de garage et le jazz, au gré de ses nombreuses sources d'inspiration: The Skatalites, Bob Marley, Lee Perry, Muddy Waters, Curtis Mayfield, Duke Ellington, The Beatles et Bob Dylan.

The Toasters

The Toasters

New York (New York) — Formé par Rob «Bucket» Hingley et ses partenaires de travail, le groupe The Toasters, après huit albums et de constantes tournées (américaines et internationales), s'impose comme l'une des premières formations ska en Amérique. D'ailleurs, ses membres ont fondé Moon Ska Records, maison de disque ska indépendante qui a connu ses heures de gloire durant les années quatre-vingt-dix avant de fermer ses portes en 2000.

Intitulée In Retrospect (Stomp Records, 2003), une compilation réunissant quelques-uns de leurs plus grands succès sur disque a permis au public d'entendre une rétrospective musicale du groupe, avant que ne soit réalisé le DVD Little Hidden Secrets (Stomp Records, 2005), qui en révèle encore davantage sur cette formation incontournable de la scène ska.

Westbound Train

Boston (Massachusset) — La musique de ce groupe récemment sorti de Boston se fait entendre depuis 2001. En 2004, Westbound Train prépare le public a un changement de direction musicale avec son deuxième album — et premier disque réalisé de façon indépendante avec le propre label du groupe, Relative Records. Le groupe a invité des artistes parmi les plus influents de la scène ska, avec Alex Desert du groupe Hepcat, et King Django, de Skinnerbox. Cet album est réédité chez Stomp Records en 2005, juste avant que le groupe ne signe chez Hellcat Records.

© 2000–2009 — Skarlatine, la fièvre du ska!