Fiches biographiques

Références

Artistes britanniques

Cette section contient de courtes descriptions biographiques et des liens vers les sites Web officiels des artistes ska originaires du Royaume-Uni:

Malgré nos efforts, notre meilleure volonté et notre grand souci de rigueur, nous sommes conscients que cette page demeure incomplète. Nous tenterons d'ajouter des liens sur une base mensuelle, quoique nous ne prétendrons jamais faire preuve d'exhaustivité. Revenez nous visiter bientôt pour voir les changements!

Bad Manners

Ramsgate — Formé par Doug Trendle en 1976, le groupe s'est appelé à l'origine Stoop Solo & the Sheet Starchers. Le son de Bad Manners est caractérisé par une symbiose de R&B et de ska.

Goupe pivot dans l'histoire du ska, Bad Manners est le seul groupe de la deuxième vague encore en activité aujourd'hui. En tournée.

Dub Pistols

Londres — Du ska au punk, du dub à l'électro, du reggae au break beat en passant par le hip hop… Il y a un peu tout ça dans la musique des Dub Pistols. L'aptitude des Londoniens à combiner les différents styles leur a fourni le prétexte tout indiqué pour remixer les créations de Moby, Crystal Method, Limp Bizkit, Bono et Korn. Depuis ses débuts, le groupe a collaboré avec une pléiade d'artistes, dont Terry Hall et Lynval Golding des Specials, et produit trois album: Point Blank (1998), Six Million Ways to Live (2005) et Speakers and Tweeters (2007).

Judge Dread

Judge Dread

Alexander Minto Hughes (1945–1998), mieux connu sous le pseudonyme Judge Dread, est le premier artiste blanc à obtenir un succès commercial dans le domaine du disque reggae en Jamaïque.

Ses disques ont grimpé au palmarès britannique mieux que n'importe quel artiste reggaeBob Marley inclus.

Il détient le record pour le plus grand nombre de chansons bannies par la BBC, onze au total, ce qui correspond précisément au nombre de chansons qui ont gravi les palmarès. Il est entré dans le livre des Records Guinness comme l'artiste ayant le plus grand nombre de chansons bannies de tous les temps. Aussi fut-il surnommé le roi des rude boys.

On ne devrait pas le confondre avec le personnage de bande dessinée «Judge Dredd». Durant les années quatre-vingt-dix, des journaux ont d'ailleurs manifesté de l'inquiétude à propos de jeunes lecteurs de bande dessinée qui pourraient acheter par erreur les disques de l'artiste et entendre des propos qui pourraient corrompre leur esprit chaste et pur.

Influencé par le ska et le musichall, il fut au cours des années soixante-dix l'un des artistes reggae les plus populaires. Il est mort en 1998 sur la scène du Penny Theatre de Canterbury.

Madness

Madness

Londres — Groupe britannique de la vague Two-Tone qui a fait connaître le ska au grand public à la fin des années soixante-dix avec des groupes comme The Specials, The Selecter, The Beat et Bad Manners.

Formé en 1976 sous le nom The Invaders, le groupe adopte en janvier 1976 le nom Madness, en hommage à une chanson de Prince Buster, «Madness (is gladness)». Leur premier extrait est un autre hommage à Prince Buster, intitulé «The Prince», sorti sur le label 2-Tone en 1979.

Le groupe signe ensuite avec Stiff Records et enregistre une reprise de Prince Buster, une version de la face B du 45 tours «Al Capone» de l'artiste jamaïcain (qui avait servi de canevas à la chanson «Gangsters» des Specials), intitulée «One Step Beyond», qui deviendra le titre du premier album de Madness.

The Beat

Birmingham — Lorsque le groupe émerge de la scène en 1979, la musique en est à la perturbation sociale et politique, avec le mouvement punk, encore bien présent en Angleterre. À travers tout ce chaos, le groupe propose une alternative avec un message d'amour et d'unité, articulé autour d'une grande musique de danse.

The Beat

Les six membres du groupe sont Dave Wakeling, à la voix et la guitare; Andy Cox, à la guitare; David Steele, à la basse; Everett Morton, à la batterie; Ranking Roger aux voix et l'une des légendes de la première vague du ska, Saxa, au saxophone.

Le groupe a fait des tournées internationales avec des artistes comme David Bowie, The Police, REM, The Clash, The Talking Heads, The Pretenders et The Specials.

The Beat a produit des succès avec des chansons devenues tellement populaires qu'on a de la difficulté à se rappeler une époque où elles n'existaient pas: «Hands Off… She's Mine», «Mirror in the Bathroom», «Save it for Later», «I Confess», «Stand Down Margaret» et «Too Nice To Talk To».

The Clash

The Clash

Notting Hill (Kensington et Chelsea) — L'un des groupes majeurs de l'histoire du punk rock britannique, The Clash fut l'une des premières formations, sinon la première, à intégrer des éléments de musique ska, reggae et dub au punk rock, notamment avec la reprise sur le premier album de «Police and Thieves», de Junior Murvin, et la composition «(White Man) In Hammersmith Palais».

The Clash a fait la première partie des Sex Pistols en 1976 à Sheffield, où le groupe interpréta entre autres «Janie Jones» et «London's Burning». Son album London Calling (1979) est considéré comme l'un des meilleurs albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone. Le groupe s'est dissout en 1985. Il est entré au panthéon du rock en 2003.

The Police

London — Trio britannique formé de Stewart Copeland (batterie), Andy Summers (guitare) et Sting (voix, basse). Le groupe a connu un succès planétaire au début des années quatre-vingt en jouant un style rock influencé par les musiques punk et reggae.

L'album Synchronicity (1983) a atteint la première position des palmarès au Royaume-Uni aussi bien qu'en Amérique du Nord, le disque étant huit fois platine aux États-Unis.

Le groupe a cessé ses activités au milieu des années quatre-vingt et fut intronisé au panthéon du rock en 2003. Il s'est réuni en 2007 lors de la prestation d'ouverture de la cérémonie des Grammy Awards, performance qui a marqué le début d'une tournée nord-américaine et européenne.

The Selecter

CoventryThe Selecter a vu le jour non pas comme un groupe, mais comme une pièce instumentale intitulée «The Kingston Affair», plus tard renommée «The Selecter». En 1977, les musiciens de Coventry Neol Davis, John Bradbury et Barry Jones ont enregistré le morceau qui est demeuré inconnu du grand public jusqu'en 1979, lorsqu'il fut produit en face B du 45-tours de la chanson «Gangsters».

La formation The Special AKA avait épuisé son budget de 700£ pour l'enregistrement de «Gangsters» et avait besoin d'une chanson pour la face B. John Bradbury, qui était batteur du groupe The Special AKA à ce moment-là, a fait allusion à cette pièce enregistrée quelques années auparavant. En juillet 1979, «Gangsters» était en bonne position dans les palmarès nationaux. Avec l'aide de Lynval Golding des Specials, Neol Davis a formé un groupe nommé The Selecter.

Le groupe a trouvé une voix exceptionnelle et une chanteuse charismatique en la personne de Pauline Black. Il a connu une ascension fulgurante avec son premier album, Too Much Pressure, mais la première semaine de juin 1981, Pauline Black a rendu les armes. Elle a quitté le groupe, identifié à une mode sur le point d'expirer. Elle le reformera cependant neuf ans plus tard, après une carrière de chanteuse solo et de comédienne. Elle a gagné le Time Out Award de la meilleure actrice en 1990 pour son rôle de Billie Holiday. Elle a également écrit un roman, The Goldfinches, qui lui a valu de bonnes critiques au moment de sa publication.

The Specials

Coventry — Formé à l'origine en 1977 par l'auteur, claviériste et idéateur Jerry Dammers, le groupe portait le nom The Coventry Automatics avant de changer pour The Special A.K.A., puis d'abréger enfin pour The Specials. La formation se fait remarquer par les grandes maisons de disques en jouant en ouverture du groupe punk The Clash, mais Dammers choisit plutôt de démarrer son propre label, 2 Tone Records.

The Specials

En 1979, le premier 45 tours, «Gangster», suscitent l'intérêt des jeunes mods et de leurs sous-produits, les skinheads. La chanson se hisse au Top Dix des palmarès au Royaume-Uni. Produit par Elvis Costello, le premier album éponyme est rapidement suivi par un maxi enregistré en concert, intitulé Too Much Too Young (1980). La chanson titre est bannie par la BBC, ce qui ne l'empêche pas de se hisser en première position du palmarès britannique.

Le 45 tours «Ghost Town» sort en juin 1981, au moment où éclatent les émeutes causées par le chômage et l'intolérance raciale à Brixton et Liverpool. Propulsée en première position, la chanson n'arrive pas à sauver le groupe, à bout de souffle après deux tournées et l'enregistrement pénible du deuxième album, More Specials, sorti moins d'un an plus tôt. En proie à des difficultés financières, la maison de disques 2 Tone périclite lentement mais sûrement, et la formation originale se démantèle en août 1981.

Three Minute Warning

Machynlleth (Pays de Galles) — Après la sortie d'un maxi auto produit, intitulé Eating Ain't Cheating, le groupe a fait paraître en 2004 la chanson «Faithless» sur une compilation de musique punk réalisé par Complete Control Music.

De spectacles en spectacles, le groupe anglais a retenu l'attention de Do The Dog Music, avec qui il a signé vers la fin de l'année 2005. Le premier album de la formation ska anglaise, intitulé Tramps Jackpot, est sorti en avril 2006. Le deuxième album de Three Minute Warning, intitulé Scooters Loose Change, est pour sa part sorti en 2008 chez Megalith Records.

© 2000–2006 — Skarlatine, la fièvre du ska!