Fiches biographiques

Références

Artistes canadiens

Cette page contient de courtes descriptions biographiques et des liens vers les sites Web officiels des artistes ska originaires du Canada:

Malgré nos efforts, notre meilleure volonté et notre grand souci de rigueur, nous sommes conscients que cette page demeure incomplète. Nous tenterons d'ajouter des liens sur une base mensuelle, quoique nous ne prétendrons jamais faire preuve d'exhaustivité. Revenez nous visiter bientôt pour voir les changements!

Alaska

Trois-Rivières (Québec) — Un groupe ska survolté, énergique, intense et francophone… qui n'a pas su passer à travers l'épreuve du temps. On peut entre autres retrouver les pièces du groupe sur les compilations 2 sTone 2 SKAnk et 2 Tongue.

Bedouin Soundclash

Kingston (Ontario) — Bedouin Soundclash a surgi ces dernières années comme un trio qui refuse toute catégorisation, en tentant d'estomper la démarcation entre le reggae et le rock.

La voix gémissante et sentimentale de Jay Malinowski est appuyée par la basse profonde de Eon Sinclair et par les percussions dynamiques de Pat Pengelly. Le résultat est un son puissant qui se fraie un sentier dans le paysage musical comtemporain, une musique originale à mi-chemin entre le soul et le dub.

Chris Murray

Toronto (Ontario) — Chris Murray a évolué dans la formation King Apparatus avant de se consacrer à une carrière solo.

Chris Murray

Son deuxième album, réalisé sur une console d'enregistrement quatre pistes, 4-Trackaganza!, fut classé troisième meilleur disque ska en 2001 par www.ska.about.com.

Celui qui vit maintenant en Californie a participé à la Tournée All Skanadian, qui fut lancée au Café du Palais de Sherbrooke, où il a accordé une entrevue au journal Le Collectif. Sa carrière solo lui permet de parcourir le monde avec sa guitare acoustique et de se consacrer à la composition, seul ou en collaboration, selon l'inspiration.

Colectivo

Colectivo: Hasta la fiesta... siempre

Montréal (Québec) — Colectivo est un collectif de musiciens de la scène alternative montréalaise qui se sont uni pour élargir leur univers musical.

Le grouppe tire son nom des fourgonnettes taxi qui serpentent les artères métropolitaines latino-américaines et à bord desquelles chacun peut monter afin de partager les frais — et l'aventure! — de ses déplacements.

Idlers

St. John's (Terre-Neuve) — Formé en 2006, le groupe s'est autoproclamé le cirque reggae de Terre-Neuve. Les membres de la formation sont influencés par leur amour du reggae, du ska, de l'afro-beat, le tout pimenté par l'air salin du large.

Conscient des conditions qui ont donné son élan à la musique jamaïcaine, le groupe considère sa musique comme une voix pour aborder des thèmes reliés à la guerre, au capitalisme et aux luttes sociales.

Los Furios

Vancouver (Colombie-Britannique) — Formé en 2000, le quintette sait créer une atmosphère propice à la fête partout où il sévit. Sa musique ne tombe pas dans les clichés pour autant. Au contraire! Le groupe insuffle une originalité à sa musique d'inspiration mod-ska. Depuis ses débuts, le groupe a joué avec quelques-uns des plus grands noms, dont Fishbone, Long Beach Short Bus, Bedouin Soundclash, Chris Murray, The Planet Smashers, The Toasters, Big D and The Kids Table et General Rudie.

Gangster Politics

Gangster Politics

Montréal (Québec) — Grâce à son style énergique et sa présence sur scène, Gangster Politics a marqué la scène ska au Québec.

On a pu entre autres apprécier l'ensemble de cuivres, la section rythmique et le chanteur dynamique du groupe en 2000 sur la scène ska du Festival international de jazz de Montréal.

La formation a vendu les 4000 copies de son démo Dawn of the Mafia, lancé en 1996, et a produit deux ans plus tard son premier album éponyme.

General Rudie

General Rudie's Cooling the Mark

Montréal (Québec) — Après cinq ans de maturation, General Rudie présente son premier disque, Cooling the Mark (Stomp Records, 2001), un album qui deviendra certainement une pièce d'anthologie. Sa sélection de compositions bien balancées entre le ska traditionnel et le ska contemporain en fait le meilleur album ska réalisé en 2001, selon Skarlatine.

Au retour d'une tournée nord-américaine, General Rudie présente enfin le contenu de son deuxième album, Take Your Place (Stomp Records, 2004), enregistré et produit par Rod Shearer (The Planet Smashers, Bran Van 3000). L'album présente le ska traditionnel pour lequel General Rudie est reconnu rehaussé d'un mixe dancehall, gracieuseté de Ronee Nurse du groupe Race.

Hi Jack

Hi Jack

Sherbrooke (Québec) — Attachez vos ceintures, le voyage commence… Nous venons d'assister à un détournement musical: la musique de ce groupe de Sherbrooke est un véritable cocktail Molotov, alliage explosif de punk garage, ska, reggae et rock-and-roll. L'expérience est détonante!

Profondément contestataire, le groupe s'inspire des combats sociaux. Le nom du groupe fut choisi pour faire référence aux hijackers (ou highjackers), c'est-à-dire aux pirates de l'air. Un hijack (ou highjack), c'est un détournement par la force, mais c'est aussi la récupération, par exemple, d'une idée, pas toujours à des fins justes et nobles…

Cette appellation est une réaction aux capitalistes qui s'arrogent les biens collectifs pour leurs intérêts nombrilistes. Malgré ce nom, Hi Jack ne suggère pas à quiconque d'aller poser des bombes, mais plutôt de s'affranchir des exploiteurs, de mettre fin à l'usurpation et à l'escroquerie.

Les Conards à l'orange

Les Conards à l'orange

Sherbrooke (Estrie) — Les Conards à l'orange, ce n'était qu'un projet complémentaire relié à la formation ska Shankin' Donuts, explique le chanteur, François Custeau, à propos de ce groupe de huit membres né à l'école secondaire: Ça devenait lourd de se réunir tous ensemble. Lorsque certains membres du groupe sont allés faire une virée dans l'Ouest, François et Jérémy ont commencé à faire de la musique pour tuer le temps avec deux autres potes.

Après un dernier spectacle à leur retour en hiver 2002–2003, les illustres Skankin' Donuts, à qui l'on demandait encore les cartes d'identité à l'âge de 17 ans pour laisser entrer dans les bars où ils avaient déjà joué, se séparent! François et Jérémy décident de canaliser leur énergie avec les Conards à l'orange. Trois ans et un album plus tard (Tout le monde est fou sauf le chien), le quatuor mod-ska de Sherbrooke publie un site Web interactif.

J.F.K. & The Conspirators

Winnipeg (Manitoba) — Formé en 1995, J.F.K. & The Conspirators est inspiré par le style traditionnel de la musique ska, rocksteady et reggae.

J.F.K. & The Conspirators

Les Conspirators ont joué d'un océan à l'autre des plus petits bars jusqu'aux plus grands événements en passant par les premières parties de Bad Mannners et The Selectors.

La formation a lancé son premier album, Mayor of Ganja City (Stomp Records, 1998), après quoi elle a entrepris une tournée nationale de cinq semaines avec Gangster Politics et The Undercovers, d'Halifax jusqu'à Victoria. En 2000, le groupe a également foulé la scène ska du Festival international de jazz de Montréal.

À la suite du succès du premier album, JFK (Dave Adams) déménage ses pénates à Montréal, où il se joint aux légendaires Kingpins pour l'enregistrement de leur troisième album, Plan of Action (Stomp Records, 2000). En 2002, il retourne à Winnipeg, recrute les meilleurs joueurs de reggae et de ska en ville et réalise son deuxième album Mash up the Dance (Bacteria Buffet Records, 2004).

Lo and the Magnetics

Montréal (Québec) — Après une décennie de ska avec les Kingpins, Lorraine Muller et ses nouveaux comparses poursuivent leur parcours musicale sous un autre nom, Lo and the Magnetics.

L'album A Part, en magasin depuis le 16 novembre 2004 (depuis le 8 en Europe), présente une évolution originale. Une tournée européenne a précédé le lancement officiel de l'album en mars 2005.

L'ancienne saxophoniste et chanteuse des Kingpins, Lorraine Muller, nous transporte dans son univers musical avec des influences allant d'Elvis Costello à Pauline Black en passant par The Pretenders et Blondie.

Me Mom and Morgentaler

Formé en 1988 pour un concours au cégep Marianopolis, Me Mom and Morgentaler est devenu, deux ans plus tard, en 1990, ce cirque ambulant composé de Gus Van Go (guitare et voix), Kim Bingham (voix), Matt Lipscombe (basse), Sid Zanforlin (batterie), John Britton (percussions), John Jordan (saxophone), Adam «Bix» Berger (trompette) et Kasia Hering (accordéon) — qui sera remplacée plus tard par Noah Green.

L'aventure a débuté dans plusieurs salles de spectacle connues de Montréal comme Les Foufounes électriques, le Spectrum et le Métropolis, pour finalement aboutir en tournée dans le reste du Canada et aux États-Unis.

Le groupe a aussi joué en première partie des grands noms de la musique: English Beat, The Specials, Bad Manners, No Doubt, Public Image Limited et Violent Femmes.

Me Mom and Morgentaler s'est séparé en 1995, laissant derrière lui un maxi (Clown Heaven and Hell, 1991) et deux albums (Shiva Space Machine, 1993 et We Are Revolting, 1994). Le groupe s'est réuni, en 1999, pour donner deux spectacles grandioses. Me Mom and Morgentaler a reçu le prix-hommage GAMIQ 2007.

One Drop

Formé en 2001, le groupe reggae-punk-ska-dub de Victoria (Colombie-Britannique) One Drop a auto-produit un album éponyme en 2004. La formation actuelle est composée de Brandon Leahy à la voix et au saxophone baryton; de Hobo, à l'orgue, aux voix et à la guitare; de Bobby Rozylo à la guitare; du «professeur» Nev Gibson au saxophone alto; de Shane Smash Shit à la batterie et Liam Quinn à la basse.

Le groupe mentionne aussi dans toutes ses communications la contribution essentielle de leur fourgonnette de tournée, un véhicule de marque Ford dont les entrailles ont vu les membres du groupe défier la mort. En 2006, le groupe a produit un album intitulé To Hell In A Band Casket.

One Night Band

Montréal (Québec) — Le One Night Band est un groupe qui s'est formé pour participer à un spectacle bénéfice. L'aventure devait durer une seule soirée, mais environ la moitié des musiciens ont voulu poursuivre cette odyssée musicale en plein cœur des Caraïbes, avec le son du calypso, du ska et du reggae.

Sept musiciens qui partagent une dévotion inébranlable envers la musique antillaise, qui font danser le public comme si chaque spectacle était le dernier: c'est ça, le One Night Band.

Un premier démo, intitulé Session A, est paru en 2004, suivi de Session B, disponible depuis juin 2005.

Rude City Riot

Vancouver (Colombie-Britannique) — Les membres de Rude City Riot se disent influencés par différents artistes ou formations, dont Wilson Pickett, Otis Redding, Prince Buster, The Skatalites, Desmond Dekker, The Maytals, The Clash, The Specials, Bad Manners, Madness, The Aggrolites, Rancid et The Planet Smashers.

De telle sorte que la sonorité de Rude City Riot s'inscrit dans la modernité tout en puisant dans le passé afin de produire une musique originale qui appuie des textes pertinents, parfois humoristiques. Mais surtout, la formation dispose d'une formidable capacité à composer des chansons accrocheuses dès la première écoute.

Le groupe est formé de Dusty Lionhart III à la voix, Scotty Atkins, à la guitare, Jeremy Spokane à la basse, Flavio Cirillo à la batterie, Kevin Tang au trombone et Jonny MacCormack au saxophone.

Skavenjah

Skavenjah

Régina (Saskatchewan) — Skavenjah a écoulé plus de 5000 copies de son premier album, intitulé All dressed Up & No Place to Go (Stomp Records, 1996), si bien qu'une réédition est parue en 2000.

Le groupe ne perd pas de temps et commence dès 1997 l'enregistrement de son deuxième album, Little Monsters (Stomp Records, 1999), reconnaissable à sa couverture illustrée par Rupert Bottenberg.

La composistion de l'album Light It Up (Sonic Unyon Records, 2003) commence en 1999 et se poursuit jusqu'en 2002, de sorte que chacune des chansons de cet album a passé le test ultime de la scène.

Stomp All-Stars

Montréal (Québec) — Stomp All-Stars est un super groupe formé d'artistes liés à la maison montréalaise Stomp Records.

Combinant des musiciens de Gangster Politics, Gruesomes, Kingpins, Planet Smashers et Undercovers, les All-Stars jouent un fumant mélange de ska old-school, reggae, lover's rock, ska-jazz et rocksteady: une musique propulsée par un puissant répertoire original doublé d'un corrosif arsenal de classiques du ska et du reggae.

Subb

Saint-Jean-sur-Richelieu (Québec) — Formé en novembre 1992, le groupe, influencé par le vieux punk rock et le ska, est l'un des piliers de la scène musicale indépendante du Québec. Son premier disque, intitulé The Highstep to Hell, sort en 1997 (Underworld Records).

The Afterbeat

Winnipeg (Manitoba) — The Afterbeat s'est formé vers la fin de l'année 2000. En mixant des influences contemporaines avec une musique ska old-school, le groupe a su gagner l'estime du public et n'a jamais cessé de travailler avec acharnement pour s'améliorer.

Après de nombreuses participations sur des compilations, dont All Skanadian 4 de Stomp Records, Still Standing de Megalith Records et Dubshine de Split Shine Records, la formation est enfin prête à nous livrer un premier album. Attendu avec impatience par les admirateurs, l'album intitulé Personals est déjà qualifié de renversant par ceux qui ont eu le privilège de l'écouter.

The Barrymores

Winnipeg (Manitoba) — Issue des contrées plates et gelées du Manitoba, la formation The Barrymores est un groupe rock de six musiciens aux influences ska. Combinant le rythmique rock'n'roll aux cuivres ska, et intégrant par-ci par-là quelques doses de musique punk et reggae, le groupe est acclamé pour ses prestations autant sur scène que sur disque.

The Barrymores' All Nighters

Pochette de l'album All Nighters

Résolument apolitique, la formation laisse le travail d'analyse et d'éditorial aux médias et s'occupe plutôt de produire une musique de plaisir, avec des chansons qui traitent d'amitiés, d'amours et de beuveries.

En cinq ans d'histoire, le groupe a produit deux albums: d'abord un disque éponyme en 2002, enregistré et réalisé par Jared Weiss au Studio Silent Planet, suivi, en 2004, d'un album intitulé All Nighters, enregistré et mixé par John-Paul Peters au Studio High North.

The Cougars

Toronto (Ontario) — The Cougars est le groupe du chanteur Jay Douglas, un Jamaïcain d'origine qui a émigré au Canada à la fin des années soixante. Formés d'expatriés jamaïcains, les membres du groupe The Cougars sont des précurseurs de l'importante scène antillaise de Toronto. Le groupe a également sillonné le Québec: Rouyn-Noranda, Malartic, Amos, La Sarre, Val-d'Or, Chibougamau, Rimouski, Trois-Rivières… Au sacro-saint Esquire Showbar, rue Stanley, à Montréal, les Cougars ont fait la première partie de Fats Domino. C'est aussi là que le groupe a frayé avec les James Brown, Duke Ellington, Cissy Houston et Miles Davis de ce monde.

Alors que la Jamaïque vivait au rythme du rocksteady, les Cougars devaient aussi composer avec d'autres genres de musique populaires à l'époque en Amérique du Nord — soul, R&B et funk — car la musique jamaïcaine n'avait pas encore obtenu de reconnaissance à l'échelle mondiale. Presque 40 ans plus tard, la musique du groupe fut extirpée des oubliettes et sélectionnée dans le cadre de la série de compilations Jamaica To Toronto.

The Expos

Newmarket (Ontario) — Formés en 2003, les Expos ont tracé leur propre sillon dans l'univers de la musique reggae et ska. Leur détermination inébranlable leur a permis d'éviter les clichés du genre et d'opter plutôt pour une réflexion personnelle.

Depuis la réalisation en 2005 de son premier album, intitulé Old Friends, le quatuor a reçu un accueil favorable de la critique. Sur scène, le volume au maximum, le groupe franchit les barrières entre la musique reggae, le rock et un troisième son qui n'a pas encore de nom. Le groupe anciennement connu sous l'appellation The Donuts a signé chez Stomp Records pour la réalisation de ses deux albums, dont le plus récent, intitulé Blackwater, sorti en 2009.

The Fabulous LoLo sings Rocksteady

Montréal (Québec) — Cette formation, mettant en vedette des membres des Kingpins, de General Rudie, de Lo and the Magnetics, du One Night Band, des Planet Smashers de même que le bassiste de Studio One, est tout simplement le groupe de rocksteady le plus chevronné du pays, interprétant également quelques-uns des plus grands classiques du reggae et du ska.

Éaboré par l'incomparable reine du ska, Lorraine Muller, The Fabulous LoLo a joué au Festival international de jazz de Montréal en 2006 devant des milliers de spectateurs, recevant d'excellentes critiques des médias, dont La Presse et The Gazette, qui ont cité les deux prestations du groupe parmi des faits saillants de l'événement.

La formation a fait paraître la chanson «Shanty Town 007», enregistrée en spectacle durant l'événement, sur la compilation Unity: A Tribute to Desmond Dekker.

The Flatliners

The Flatliners

Toronto (Ontario) — Ce groupe suit les traces de Operation IVY, Randid et Leftover Crack comme principale influence.

Malgré l'âge relativement jeunes de ses membres, les Flatliners démontrent un son mature. La voix de Chris Cresswell sonne comme si elle avait macéré dans le whisky et la nicotine durant la dernière décennie.

Pourtant, le groupe est à peine sorti de l'école secondaire lorsqu'il émerge sur la scène punk-ska en 2002 avec la diffusion d'un démo de sept chansons.

Depuis la parution de leur premier album, Destroy to Create (indépendant, 2004), les Flatliners ont eu le plaisir de se déchaîner sur scène avec plusieurs groupes, dont The Suicide Machines, The Planet Smashers, Against All Authority, Big D and the Kids Table, Streetlight Manifesto, General Rudie et plusieurs autres.

The Gamblers

Trois-Rivières (Québec) — Après deux ans de travail acharné, The Gamblers endisque son premier album intitulé Have You Ever Thought (Stomp Records, 2003). On peut y entendre une musique éclectique d'inspiration punk-ska alternatif et métal concoctée par un groupe de huit membres hyperactifs!

The Hoodlums

Drummondville (Québec) — Le groupe The Hoodlums est formé de Matt «Rockwell» Benoit (Flatspot, The Vermins, Dead Conviction et The Hookers) aux voix et à la guitare, de Max Lord au saxophone, de Claudie «the Girl» Audet à la trompette, de Tom E. «Banker» à la basse et de Pat Bédard (Sans Scrupules, Sanity, Koït interromput et Anthem) à la batterie.

La fondation de ce groupe de punk ska remonte au printemps 2003. Un premier démo, intitulé Narcotize Citizens, sort en octobre de la même année. Le groupe se consacre ensuite à la scène et à la composition de nouvelles chansons pour un album qui devrait paraître en 2005.

The Johnstones

Ajax (Ontario) — Formée en 2002, cette bande de musiciens punk ska fut remarquée instantanément pour son incroyable originalité, ses bouffonneries complètement disjonctées et ses prestations scéniques qui défient les limites de l'exubérance!

The Johnstones

Après s'être distingué comme l'une des formations les plus reconnues de la scène émergente en Ontario, le groupe, dont les membres n'avaient alors que dix-sept ans, a fait sa première tournée nationale, sévissant de Charlottetown à Vancouver. De succès en succès, le quintette a réalisé un maxi intitulé Johnstones vs Keepin 6, qui a rapidement mené à la signature de la formation chez Stomp Records. Depuis, le groupe n'a jamais cessé de se produire sur scène devant des foules surchauffées à bloc.

La sortie de l'album Word is Bond chez Stomp Records a accru encore davantage la notoriété des Johnstones comme l'un des poids lourds de la scène canadienne. Avec quelques apparitions à MTV, un vidéo-clip au combat des clips de Much Music, une participation au festival itinérant Warped Tour, le quintette a su endoctriner des adeptes qui lui vouent désormais un véritable culte.

The Kiltlifters

Nanaimo (Colombie-Britannique) — Les musiciens étudiaient ou étaient diplômés du réputé programme de jazz de l'Université Malaspina lorsqu'ils ont formé le groupe The Kiltlifters, en 1999. Après six mois de répétition et de création, la formation enregistre son premier disque, intitulé Pass the popcorn (NRG Records, 1999). Le disque atteint la 41e position des palmarès nationaux des collèges et atteint même la première position à Fredericton, au Nouveau-Brunswick.

Avec leur solide formation musicale en jazz, les six musiciens des Kiltlifters font partie des meilleurs joueurs de l'île de Vancouver. Si vous avez besoin de faire la fête, les Kiltlifters sont là pour répondre à la demande! Préparez-vous à une explosion de ska loufoque de la côte ouest, des voix désopilantes, trois cuivres fulgurants et des heures de danse et de plaisir.

The Kingpins

The Kingpins

Montréal (Québec) — Le groupe The Kingpins est né au printemps 1994 lorsqu'une bande d'amis se sont regroupés pour fonder un groupe ska d'enfer!

En six ans, le groupe a enregistré trois disques et un vidéo-clip (pour la chanson «Manon viens danser le ska»). Le mini-album On the run est paru en 1995, Watch your back en 1996 et Let's go to work en 1999. Le groupe a fait quatre tournées canadiennes et donné de multiples concerts aux États-Unis.

L'année 2000 commence avec un remaniement. Produit par King-Kong Gírio du groupe King Apparatus, l'album Plan of action est réalisé avec un nouvel esprit.

The Malchicks

Delta (Colombie britannique) — Depuis ses débuts en 1985, The Malchiks appartient à l'école punk-ska. Le groupe incarne une nouvelle culture pour les sans-cultures, un paradoxe de poésie moderne.

The Planet Smashers

Montréal (Québec) — Le groupe The Planet Smashers a enregistré son premier album éponyme en 1995, lequel a nécessité plusieurs réédition et généré la production du vidéoclip «Mission Aborted».

Chris Murray (King Apparatus) a réalisé le deuxième album du groupe en 1997, Attack of the Planet Smashers, à partir duquel fut produit le vidéoclip «My Decision». Début 1999, le groupe retourne en studio avec Murray pour enregistrer son troisième disque, Life of the Party, un album qui a donné lieu à plusieurs tournées nationales et outre-mer.

Produit par Steven Drake (Odds, Gord Downie, Barenaked Ladies), le quatrième album, No Self Control est suivi en 2003 par Mighty. Ce cinquième album des Smashers fut produit par Rod Shearer avec la participation de Neville Staples du groupe The Specials sur la pièce «Explosive».

En 2004, le groupe commémore son dixième anniversaire de fondation avec un DVD intitulé Ten, qui permet de tracer un bilan: de nombreuses tournées, cinq albums, douze vidéoclips et des participations à une quantité impressionnante de compilations.

Cela donne le ton au sixième album des Planet Smashers, intitulé avec pertinence Unstoppabale (Stomp Records, 2005), qui marque le retour de l'incomparable Chris Murray à la production.

The Reskapees

Trois Rivières (Québec) — Les Reskapees ne sont pas les survivants d'un naufrage aux Antilles! Il s'agit plutôt d'une joyeuse bande de musiciens amateurs de ska. Leur recette musicale est simple: commencer par le ska; ajouter un peu de swing; saupoudrer un peu de jazz; assaisonner de reggae, remuer avec du punk, pimenter de latino puis ajouter une petite pincée de rock. Voilà!

The Skanksters

The Skanksters

Toronto (Ontario) — Formé à l'automne 1991, The Skanksters a débuté en écrivant ses propres compositions. Le groupe, qui est passé de dix à cinq musiciens, compte près de 40 chansons à son répertoire pop-ska, reggae et dub.

Avec les années, le dub a pris de plus en plus de place dans les compositions, comme en témoigne le premier album du groupe, Dub Cookery (Simmerdown Records, 1998).

Cette évolution vers le dub, le down tempo et le house a conduit le groupe a changé de nom. Ainsi, l'album Super My Own Band (Play Records, 2003) de Boogiewall Soundsystem tente de réduire les distances entre le reggae et la musique électronique, avec un son que l'on compare parfois à Massive Attack, Portishead ou Morcheeba.

Yelo Molo

Lanaudière (Québec) — Finaliste de l'édition 1998 de l'Empire des Futures Stars, Yelo Molo participait aux Francofolies de Montréal l'année suivante! Le ton ironique de la chanson «Gros zéro» a valu au sextuor son premier succès avec l'album Écoute! (1999), écoulé à près de 50000 exemplaires.

L'année suivante, le groupe partage au public les premiers projets personnels de ses auteurs compositeurs avec Méli-Molo (2000), un album amuse-gueule saupoudré de reprises de dessins animés populaires et autres bouffonneries à la base de leur succès en spectacle.

Les attentes pour le troisième album, Snooze (2002), se transforment toutefois en déception. Le groupe décide de repartir à zéro au bout d'une lutte juridique contre son ancien label (Multi-Pass Music, maintenant Disques Atlantis).

C'est donc avec une formation réduite (la délicieuse Karine ayant quitté), une nouvelle maison de disques, un nouvel agent et un nouveau réalisateur que le groupe revient à la charge avec l'envie de frapper fort. Yelo Molo tente de changer de refrain, de progresser, et d'éviter le compromis avec l'album Show-Business (Phaneuf Musique, 2004).

Whole Lotta Milka

Whole Lotta Milka

Après un premier album en 1998 avec le label Stomp Records, Al's Diner, Whole Lotta Milka récidive l'année suivante avec Got Milka?, un deuxième album produit par Mitch Gírio, de King Apparatus.

La musique du groupe est connue pour faire bouger les hanches avec un rythme rapide influencé par le ska de la troisième vague.

© 2000–2005 — Skarlatine, la fièvre du ska!