Volume 9, numéro 7 — Juillet 2009

Madness

Un voyage dans le temps au cœur de Londres

Madness est de retour avec un nouvel album intitulé The Liberty of Norton Folgate.

Madness

L'album nous transporte dans une ancienne partie de Londres, Spittle Field, située juste à l'extérieur des murs de l'ancienne ville. De siècle en siècle, c'est devenu le point d'entrée des nouveaux arrivants, tout juste débarqués des bateaux.

Éventuellement, la zone est devenue une ville officieuse, indépendante des conventions de la cité, une place où tout était permis, où les notables qui vivaient à l'intérieur des murs se faufilaient discrètement le soir pour donner libre cours à leurs comportements les plus dépravés.

Même après que les murs furent tombés et que des générations d'immigrants y eurent fait leur vie, une petite partie de Spittle Field est demeurée à l'abri des lois du reste du grand Londres. Dans les années 1700, Norton Folgate avait sa propre école, son église, son hôpital, son hospice. On y faisait même la collecte des ordures quotidiennement!

C'était le repaire des acteurs, des écrivains, des penseurs, des libertins, des gens de mœurs légères et des fauteurs de troubles… L'endroit rêvé pour les gars de Madness!

The Liberty of Norton Folgate

Après avoir enregistré un album de reprises ska et reggae sous le nom The Dangermen, les gars ont senti que le temps était venu de faire un grand album de musique pop anglaise dans la plus pure tradition de Madness. Et c'est précisément ce qu'offre la formation avec The Liberty of Norton Folgate. Le groupe propose un séjour anthropologique dans une partie précise de la ville et traverse les époques, il retire les couches de crasse accumulée pour faire revivre l'histoire des éclats d'obus, des pots cassés, des os dissimulés, des rêves brisés, bref, l'histoire du continuum de nouveaux arrivants qui se sont succédé dans ce quartier.

D'instinct, je me suis dit de ce serait un bon titre pour une chanson, une trouvaille qu'aurait pu faire Syd Barrett, écrit Suggs dans la page liminaire de l'album.

Dès que le groupe eut terminé d'enregistrer le disque, toutes les salles de nouvelles de Londres ont téléphoné pour demander pourquoi Madness avait composé une chanson au sujet de la préservation de Folgate Street, menacée par un projet de construction de gratte-ciel. Pendant ce temps, la Société pour la protection des édifices historiques découvrait des archives laissant entendre que Norton Folgate aurait encore le droit d'agir comme un état autonome!

Une coïncidence, rien de plus, car l'album n'est pas une lutte contre le développement, mais plutôt une façon de protéger la mémoire d'un des derniers recoins de Londres, peut-être miteux aux yeux de plusieurs, mais un coin qui a une âme et qui fait de cette cité chaotique ce qu'elle est aujourd'hui, quelque chose de trop important pour qu'on l'ensevelisse sous cinquante étages de béton.

Qu'on l'appelle Spittlefields, Whitechapel, Tower Hamlets ou Bangletown, c'est un voyage parmi les derniers vestiges d'un minuscule état millénaire, dont le gouvernement s'est réuni, pour la dernière fois, il y a plus d'un siècle, que propose Madness sur l'album The Liberty of Norton Folgate.

Sauter le menu
Skarlatine > 2009 > Juillet > Madness

Festival

Victoria Ska

La 10e édition du Festival de ska de Victoria!

Montreal Jazz

Les pionniers du rocksteady réunis sur scène…

Disque

Aggrolites

Lancement du quatrième album des Aggrolites

© 2009 — Skarlatine, la fièvre du ska!