Histoire de la musique SKA

Historique: Grande-Bretagne

La deuxième vague du ska

La deuxième vague du ska a commencé en Grande-Bretagne après le mouvement punk à la fin des années soixante-dix.

On y réfère souvent sous l'ère 2 Tone, en l'honneur du label qui a lancé quelques-unes de ses meilleures formations. Des groupes comme The Specials, Madness ou The Beat jouaient de la musique de danse à message, procurant une alternative positive à Margaret Thatcher, au racisme et à douze longues années de pouvoir conservateur.

Le ska et le reggae sont arrivés en Angleterre dans les bagages de nombreux artistes et producteurs jamaïcains qui immigraient là-bas.

Du milieu jusqu'à la fin des années soixante-dix, la formation The Specials, à qui l'on doit notamment les pièces «Gangsters», «Dawning of a New Era» et «Too Much Too Young», assurait la première partie des spectacles de la formation punk The ClashRudie Can't Fail»), un groupe qui a revitalisé l'idéal rude boy avec conviction à travers la fusion du reggae et du punk.

Noir et blanc

En 1979, Jerry Dammers, membre fondateur du groupe The Specials, forme l'étiquette 2 Tone Records. Le two tone ska est né; le noir et le blanc, sacrés couleurs symboliques du mouvement.

Au moment où les émeutes raciales et les organisations racistes comme le Front national sont à leurs sommets, la tenue vestimentaire (noir et blanc) et les groupes de musiciens multi-ethniques font la promotion de l'unité raciale dans un pays déchiré. À l'instar du ska de la première vague, l'esprit de l'époque two tone s'exprime dans les paroles des chansons.

Puis, devant les ventes décevantes du troisième album des Specials, Chrysalis Records, la maison du producteur jamaïcain Chris Blackwell, ferme le robinet et sonne le glas de la deuxième vague du ska. Malgré une réputation solidement acquise, la marque 2 Tone s'effondre en 1985.

La formation Bad Manners, un groupe, non pas de cette dernière étiquette, mais associé étroitement au mouvement two tone, est l'un des groupes issus de la deuxième vague encore en activité aujourd'hui.

Histoire

© 2000–2005 — Skarlatine, la fièvre du ska!