Histoire de la musique SKA

Introduction

Origine de la musique ska

Skarlatine a diffusé sa première émission de radio en 1998, au beau milieu de ce que les inconditionnels nomment la troisième vague du ska, ou de ce que d'autres, dont Chris Murray, considèrent comme la fin de la troisième vague et le début de la quatrième vague du ska… Explications:

Survivant à la fermeture de 2 Tone Records en 1985 et à celle de Moon Ska Records en 2000, la musique ska n'est pas morte. Au contraire, malgré la disparition de ces deux «institutions», la scène ska alternative est vivante, voire en bonne santé, à l'abri des fluctuations pernicieuses des tendances et autres mouvements de vogue.

Aujourd'hui, les maisons de disques Stomp Records et Hellcat Records produisent encore des groupes de ska. Définir et classifier cette musique avec précision n'est cependant pas une tâche simple puisque le ska est lui-même dérivé du calypso antillais et du jazz américain, et que plusieurs groupes ont tendance à le récupérer et à le fusionner à d'autres styles, dont le punk et le hardcore.

Si le ska a pu traverser et réunir les générations, c'est parce que cette musique est enracinée dans la tradition de l'émancipation. Consultez notre historique en quatre parties:

La genèse du ska en Jamaïque
L'épopée Studio One
La migration du ska vers l'Angleterre
L'ère 2 Tone
La mutation du ska en Amérique du Nord
La 3e vague du ska
La synergie pan-skanadienne
L'engouement du ska au Canada

Histoire

Prince Buster

Prince Buster

Cecil Bustamente Campbell, pilier du son jamaïcain de la première vague

Histoire

The Toasters

The Toasters

Extension de l'ère 2-Tone grâce à la troisième vague

© 2000–2005 — Skarlatine, la fièvre du ska!